publicité

"On ne m'a pas encore enterré", Alfred Marie-Jeanne

Le courant ne passe plus du tout entre Jean-Philippe Nilor et Alfred Marie-Jeanne, tous deux du MIM. Durant la fête patronale de Sainte-Marie mercredi 15 août, Alfred Marie-Jeanne s’est livré à son exercice favori : L'attaque. Preuve que "la bête est loin d’être morte".

Alfred Marie-Jeanne © Martinique la 1ère
© Martinique la 1ère Alfred Marie-Jeanne
  • Maurice Violton
  • Publié le , mis à jour le
Alfred Marie-Jeanne est une vraie bête politique. Il l’a encore montré à Sainte-Marie hier (15 août). Certes, il faisait partie des invités officiels pour la fête patronale, mais compte tenu des relations souvent tendues depuis 2015 avec le maître de cérémonie, Bruno Nestor Azerot, on aurait pu penser que "Chaben" se serait abstenu, et qu’il aurait fait autre chose de son 15 août.Eh bien non ! C’est une bête blessée et en campagne pour la prochaine Assemblée Générale de son parti qui s’est rendu dans la grande ville du Nord et qui a pris la parole devant tout le monde. Il a joué à l’extérieur, comme il joue à domicile, avec son arme favorite : l’attaque… et le contre-pied.
Extrait discours AMJ (fête patronale de Sainte-Marie)
On l’a vu prendre la défense du sous-préfet dans l’épineux dossier des sargasses, face aux critiques d’Alfred Monthieux, le président de Cap Nord, dans le temps son allié.

Reste que critiqué, jugé, jaugé, applaudi, Alfred Marie-Jeanne a montré qu’il savait encore bomber le torse, quel que soit le lieu.

Au sein de l’équipe municipale samaritaine, on constate qu’il a fait fort, car peu avait parié sur sa présence. En fait, on ne l’attendait pas.

En tout cas, à quelques jours de la rencontre qu’il aura avec ses supporters, amis et membres du Mouvement Indépendantiste Martiniquais au Gros Morne, le 31 août prochain, Alfred Marie-Jeanne a montré qu’il savait rugir encore. Et qu’il valait mieux ne pas passer à côté de ses crocs, ni de ses griffes…

Ses contradicteurs sont fixés. À eux de peaufiner leur stratégie, notamment en vue de l’assemblée générale décidée par l’administrateur provisoire du MIM, le 7 septembre.C’est là, et là seul, que se jouera la présidence officielle du Mouvement Indépendantiste Martiniquais. Mais tant de choses peuvent se passer d'ici à cette date.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play