"Plus Fort que Bonaparte", est le dernier livre de la journaliste Marie-Claude Céleste, consacré au héros haïtien Jean-Jacques Dessalines

livres
Livre
"Plus fort que Bonaparte", Jean-Jacques Dessalines de Marie-Claude Céleste. ©Éditions Nestor
Marie-Claude Céleste publie aux éditions Nestor, une pièce de théâtre sur Jean-Jacques Dessalines ("Plus Fort que Bonaparte"), héros occulté des livres de l'histoire de France sur la Révolution haïtienne. Premier Chef de l’Etat indépendant d’Haïti en 1804, Jean-Jacques Dessalines, ancien lieutenant de Toussaint Louverture, a infligé à l’armée de Napoléon Bonaparte, une lourde défaite à Vertières.

Marie-Claude Céleste, dans ce livre, pièce de théâtre, réhabilite l’histoire d’un valeureux esclave, père de la nation haïtienne, qui a mis en déroute l’armée de Napoléon Bonaparte bien avant les mornes plaines de Waterloo. 

Dans cette pièce de théâtre, le personnage principal de Marie-Claude Céleste, est donc Jean-Jacques  Dessalines. Il est impressionnant et demeure une figure mythique, possédant le sens du devoir, parfois cruel (mais il faut replacer les choses dans leur contexte et analyser les sévices, les tortures  qu’il a subis durant l'esclavage). 

Il y a un dialogue fort éloquent entre lui et sa femme Marie-Claire Heureuse, une cantonnière-infirmière qui l’a séduit par son courage, par son dévouement et sa générosité envers les autres.

Cette femme est son baume, celle qui sait le tempérer, celle qui a sauvé plusieurs prisonniers blancs de la mort.

Quelques acteurs de la révolution haïtienne

Parmi les personnages de cette pièce de théâtre, on retrouve Louis Boirond Tonnerre, écrivain et historien haïtien, secrétaire du président Jean-Jacques Dessalines. Il fut le rédacteur de l'Acte de l'Indépendance de la République. Charlotin Marcadieu, militaire fidèle, loyal, fustigeant la lâcheté. Alexandre Pétion, fin militaire qui rejoint les indépendantistes et le gouverneur-général Dessalines et en devient un proche. Pourtant en 1806, il assassine ce dernier .   

L'auteure fait le lien avec les Antilles en faisant parler un esclave guadeloupéen, Isidore. Il raconte son épopée de nègre marron, sa fuite de l'habitation, l'écho d'Haïti et dans quelle condition il s’est retrouvé en Haïti

Marie-Claude Céleste
Marie-Claude Céleste, journaliste, auteure. ©RS

Marie-Claude Céleste met en avant des faits d’histoire 

L'auteure évoque l'existence de la garnison des polonais qui venue combattre Jean-Jacques Dessalines, rallie finalement la cause du grand stratège haïtien.

Elle rappelle par le biais de ces personnages, le soutien d’Haïti à Simon Bolivar, le plus grand héros de l’Amérique latine, au début du 19e siècle.

Marie-Claude Céleste aborde la bataille de Vertières le 18 novembre 1803, opposant les troupes commandées par le général Rochambeau envoyé par Napoléon (22.000 hommes), à celles du général Jean-Jacques Dessalines.

Les soldats français ont capitulé devant une armée de soldats esclaves aux pieds nus. Jean-Jacques Dessalines a brisé le rêve hégémonique de Napoléon Bonaparte.

Marie-Claude Céleste dans cette pièce de théâtre de 100 pages,"Plus fort que Bonaparte", parue aux éditions Nestor (Gourbeyre Guadeloupe), nous plonge au XVIIIe siècle dans la vie de cet esclave rebelle qui a forgé son destin et celui de son peuple.