Pourquoi mange-t-on des crabes à Pâques ?

traditions
Matoutou
Le matoutou de crabes est le plat traditionnel des fêtes de Pâques en Martinique. ©Martinique la 1ère
Qu'on en mange ou pas, crabe rime avec Pâques en Martinique. Si le menu du lundi de Pâques est évident, l'origine de cette pratique est parfois méconnue. Elle remonte en fait à la période de l'esclavage.
Brossés, nettoyés, tués, assaisonnés et cuits. Voilà en résumé le chemin de croix des crabes en ce lundi de Pâques. Dans toutes les familles, comme dans ce camping situé à Fond Lahayé à Schoelcher, le crustacé est au menu.

Sa présence dans les assiettes est évidente. En revanche, l'origine de ce régime alimentaire n'est pas nette pour tout le monde. Certains la remontent par exemple à la présence des Caraïbes et des Arawaks sur l'île.

Une tradition héritée de l'esclavage

Elle vient en fait de l'esclavage. À cette époque l'Église imposait le carême aux esclaves. La viande leur était proscrite. Les crabes étaient donc réservés aux esclaves.

Après l'abolition, les anciens esclaves ont rejeté cette pratique préférant le coq et le mouton au menu du dimanche de Pâques, jour de fête. En 1884, le lundi de Pâques devient un jour férié. Les crabes, considérés comme un aliment d'indigent à l'époque ne sont alors consommés que ce jour.

Le reportage de Patrick Guittaud et de Marc Balsa : 
Le crabe, anciennement considéré comme un met ordinaire est désormais un plat de fête.