Coronavirus Covid-19 : les réactions à Sainte-Luce après le décès d'une lucéene

coronavirus sainte-luce
Coronavirus : Réactions des habitants de Sainte-Luce après le décès
©Martinique la 1 ère
Après le décès d'une lucéenne lié au coronavirus (15 mars 2020), la population de Sainte-Luce respecte les restrictions imposées par le maire. Une trentaine de personnes en contact avec la patiente est sous surveillance médicale. Le maire a organisé une réunion de crise hier matin (16 mars 2020). 
Plusieurs heures avant les mesures de confinement annoncées par le président de la République hier après midi (16 mars 2020), le bourg de Sainte-Luce semble déjà paralysé. Plus aucune voiture ne circule. Les magasins sont fermés. Pour accéder à la pharmacie, il faut sonner avant d'entrer. 

Ici, tout le monde connaissait la patiente de 86 ans décédée après avoir contracté le coronavirus Covid-19.

Cette habitante du bourg, qui vivait avec son fils, aurait été contaminée par ce dernier, revenu d’une croisière Costa le 5 mars dernier.

Dès l’annonce de cette 1 e victime locale, hier après-midi (15 mars 2020), le maire de Sainte-Luce a pris des mesures pour protéger sa population en allant au-delà des recommandations de la préfecture.

Il a en effet pris des mesures d'interdiction de tout rassemblement dans les lieux et espaces publics et de toute activités de commerces ambulants.

Le maire a également imposé la fermeture des services municipaux, à l’exception de l’état-civil, en service minimum pour enregistrer les naissances et les décès.

Une réunion de crise a encore eu lieu, hier matin (16 mars 2020) dans la commune, avec les différents responsables de la ville, afin d’organiser un service minimum.

Les cadres de la commune en ont profité pour souligner, notamment, le manque de communication des services sanitaires concernant le suivi des personnes ayant été en contact avec la victime et ses proches.

(Re) voir ce reportage avec les images de Stéphane petit-Frère. 
©Martinique la 1 ère
Selon nos informations, une trentaine de personnes auraient été identifiées et placées sous surveillance par l’ARS (Agence régionale de santé). 

Les mesures prises par la ville sont bien comprises et acceptées par les Lucéens qui semblent commencer à réellement prendre conscience de la gravité de la situation.