Savoir tirer parti de la crise sanitaire pour nous refonder

collectivité territoriale de martinique
Des gens
Habitants de Martinique à fort-de-France. ©Martinique la 1ere

L’accord territorial sur la refondation de la Martinique a été en discussion ce vendredi 5 février 2021, lors de la première séance plénière de l’année de l’Assemblée de Martinique. Un sujet appelant à une vaste réflexion consensuelle.

Davantage que de la relance de son économie, c’est d’une refondation dont la Martinique a besoin. Les discussions ont été vives sur le sujet entre les conseillers territoriaux. Le rapport présenté par Miguel Laventure, chargé des affaires budgétaires au conseil exécutif, a suscité des critiques virulentes sur tous les bancs de l’assemblée. Il a été déploré le manque d’ambition de ce plan ou le manque d’imagination de ses auteurs. "C’est un copié-collé du plan du gouvernement", selon un élu de l’opposition.

En dépit de ces remarques, le rapport a été finalement adopté à une large majorité. Ce document est la déclinaison locale du plan France Relance élaboré par le gouvernement. Le même processus a été lancé dans toutes les régions de France. Il est doté de 100 milliards d’euros. Ici, une concertation pilotée par le préfet a inclus, outre l’État et la CTM, les communautés d’agglomération, l’Association des maires et les chambres consulaires.

Il en est ressorti la définition de quatre piliers de l’action conjointe État-CTM : la transformation durable du territoire, la restructuration du tissu économique, une meilleure intégration socio-professionnelle des jeunes et une meilleure cohésion territoriale.

Quatre piliers et onze chantiers

 

Ces quatre piliers du plan de refondation sont déclinés en onze chantiers prioritaires. Ils seront financés à hauteur de 886 millions d’euros pour les deux prochaines années. L’idée sous-jacente est que la crise actuelle doit être une occasion d’organiser une mutation vers un modèle économique et social foncièrement différent que celui d’aujourd’hui. "L’Etat ne dit pas autre chose", selon Miguel Laventure.

C’est notre société toute entière qui doit être refondée, selon l’intitulé du plan. Lequel est jugé grandiloquent voire pompeux par des élus de tous bords. Ils s’étonnent de l’absence d’une réflexion approfondie et consensuelle, plus que jamais nécessaire. Certes, les représentants des élus et des milieux économiques ont participé aux discussions. Mais ne convenait-il pas de solliciter aussi les corps intermédiaires et les experts ?

En dépit de ses insuffisances, le plan de refondation a le mérite de consacrer une idée faisant chemin depuis quelque temps. À savoir que les limites du système sont atteintes et qu’il est temps d’imaginer un nouveau cadre de développement humain collectif pour la Martinique. Nous le devons aux générations futures.