publicité

Le système d'alerte de "Lahar" a été emporté

C'est lors du survol de la rivière du Prêcheur par les responsables de l'observatoire sismologique et de l'État qu'ils se sont rendu compte que le dispositif d'alerte de "Lahar" a été arraché. Une réunion d'information avec la population est prévue ce mercredi (10 janvier) à 17 heures.

La masse boueuse abrasive s'est déposée le long du cours d'eau. © F.T.
© F.T. La masse boueuse abrasive s'est déposée le long du cours d'eau.
  • Par Peggy Pinel-Fereol
  • Publié le , mis à jour le
Les autorités prennent très au sérieux le phénomène de "Lahar" qui se produit depuis la falaise Samperre vers le Prêcheur depuis quelques jours.
Ce mercredi matin (10 janvier) lors d'un survol de la zone par les responsables de l'observatoire et de l'État, ils se sont rendu compte que le dispositif d'alerte a été arraché.
"Le système d'alerte en amont de la rivière a été arraché par le "Lahar" de dimanche soir. L'information a été confirmée par un survol d'hélicoptère dans la matinée. Le fonctionnement du système est dégradé. On est toujours en mesure de voir les coulées de boue grâce au géophone qui ne font pas partie du système d'alerte. On va assurer un service dégradé de l'alarme au bourg du Prêcheur grâce à ces capteurs et notre système de surveillance sismologique" précise Frédéric Léger, technicien de l'observatoire.

(Re)voir le reportage de Jannick Dulio et Marc-François Calmo :
dispositif alerte
Et selon les techniciens, il est impossible de réparer tant que la rivière est dans cet état. Le dispositif aurait déjà été arraché en 2010.

Concernant les riverains du quartier des Abymes et du bourg, très proche la rivière et donc en première ligne, Marcellin Nadeau le maire du Prêcheur se veut rassurant "il y a un dispositif qui existe, c'est le dispositif "Orsec" élaboré par les services de l'État en collaboration avec la mairie".

Invité du JT de 13 heures mardi 9 janvier, Pascal Saffache maître de conférence de géographie et d'aménagement à l'Université des Antilles a indiqué qu'il ne faut pas fréquenter les rivières qui drainent les flancs de la montagne Pelée. La vigilance reste de mise durant les 9 à 10 jours prochains.

Sur le même thème

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play