Transports Mozaïk : les usagers de Martinique veulent des garanties sanitaires après la crise

transports
Bus et TCSP Mozaik
Bus et TCSP du réseau de transports Mozaïk ©Christine Cupit
Dans une lettre ouverte, l’AUTM (l’Association des Usagers du Transport de Martinique) "exige que l’autorité organisatrice du transport prenne toutes les mesures nécessaires pour protéger au mieux les usagers" après la crise du coronavirus.
Pendant que le gouvernement réfléchit sur la stratégie du déconfinement à partir de 11 mai 2020, les utilisateurs des transports en commun de la CACEM (Communauté d'Agglomération du Centre de Martinique) s’interrogent sur les conditions de la reprise du trafic.

Dans une lettre ouverte adressée à Martinique Transport (l’autorité organisatrice), au réseau Mozaïk et à la presse locale, l’AUTM (l’Association des Usagers du Transport) souligne qu’"il ne peut y avoir de reprise progressive de l’activité économique et éducative, que par une véritable sécurisation des transports".

Il est temps que tous les responsables de transports et Martinique Transport, s’inquiètent et travaillent sur les conditions sanitaires de la reprise, en associant les syndicats et les associations des usagers avant le 11 mai.


Les suggestions de l'association


L’association demande donc que les conditions sanitaires soient réunies pour la reprise des transports en bus et TCSP (Transport Collectif en Site Propre) et elle fait des propositions :
 
  • Désinfection des bus à chaque terminus, des gares, des arrêts de bus, des guichets et des distributeurs automatiques de billet, au moins une fois par jour ;
  • Diffusion régulière de messages sonores concernant les consignes de sécurité ;
  • L’affichage des recommandations et informations sur les gestes barrières obligatoires ;
  • Expérimenter la possibilité de la distanciation sociale ;
  • Rendre le port du masque obligatoire pour tous les usagers et les personnels.
À propos du port des masques dans l’espace public, le premier ministre, Edouard Philippe, a encore laissé entendre ce mardi 21 avril 2020 (lors de la séance des questions au gouvernement à Paris), que "dans certains cas, les masques pourraient être obligatoires. J’ai évoqué les transports en commun (...)."
 

Pas de réponse au courrier des usagers ?


Selon la présidente de l’AUTM, aucun retour à ce jour suite à ce courrier daté du 19 avril 2020, malgré des relances.

Nous sommes en droit de savoir dans quelle mesure les usagers pourront reprendre les bus, si reprise il y après le 11 mai. En temps normal, ces usagers subissent déjà les défaillances de la CFTU et avec le covid-19 c’est plus grave, parce-que c’est leur santé qui est en jeu (...).
Est-ce qu’ils auront le temps de tout désinfecter, est-ce qu’ils ont les moyens...il y a plein de questions auxquelles nous n’avons aucune réponses pour l’instant, même après les relances.
  
(Manuella Amable-Potiron, présidente de l’AUTM )


Autres suggestion de l’association, "des masques pour tous (...) à faible coût pour les usagers" et des masques de protection pour les personnels, avec l’aide de l’Etat espère l’AUTM.
Celle-ci avance une dernière proposition pour une relance progressive des rotations dans un premier temps.

Il faut commencer par 2 ou 3 lignes en limitant le nombre de chauffeurs et de bus. Ensuite, faire le bilan avec des tests aléatoires et un protocole d’enquête auprès des passagers. L’autorité organisatrice des transports devra associer dans sa démarche, les représentants des usagers et les syndicats de chauffeurs.


Le chef du gouvernement, Edouard Philippe, doit présenter fin avril 2020, un plan détaillé pour la sortie du confinement en vigueur depuis le 17 mars 2020. Le volet sur les nouvelles conditions de voyage dans les transports publics est très attendu.

Chaque jour, entre 3800 et 4000 voyageurs empruntent les bus et le TCSP de la Compagnie Foyalaise de Transports Urbains (CFTU).
Les Outre-mer en continu
Accéder au live