"Une Martinique sans sida en 2030", objectif des coordinateurs locaux de la lutte contre la pandémie

journée mondiale de lutte contre le sida
Sida
Journée mondiale de lutte contre le Sida. ©Mohamed Hassan de Pixabay
Ce 1er décembre c'est la Journée Mondiale de lute contre le Sida. Le comité de coordination régionale de la lutte contre les infections sexuellement transmissibles et le virus de l’immunodéficience humaine caresse l’espoir d’"une Martinique sans Sida" d’ici à 2030.
Chaque année, le 1er décembre marque la Journée Mondiale de lutte contre le Sida, l’occasion pour des personnes d’horizons divers, des associations et des partenaires publics et privés de se rassembler pour mieux faire connaître le virus, renforcer la prévention et renseigner sur la prise en charge, face à la pandémie.
 

Tout le monde, quel que soit son âge, son sexe, son lieu de résidence ou ses choix amoureux, a droit à la santé (...). Quels que soient ses besoins en matière de santé, chacun doit disposer de solutions sanitaires disponibles et accessibles, non discriminatoires et de bonne qualité.

(Michel Sidibé - Directeur exécutif de l’Onusida)


"Le nombre reste scandaleusement élevé"


Selon l’Onusida, entre 2015 et 2019, il y a une "nette amélioration de l'efficacité des traitements et l'augmentation du nombre de personnes connaissant leur statut sérologique et sous traitement, expliquent la hausse de 44 % du nombre de personnes présentant une charge virale indétectable parmi celles vivant avec le VIH".
 

On estime que l'accès à la thérapie antirétrovirale a évité 12,1 millions de décès liés au sida depuis 2010 (...).
Mais le nombre reste scandaleusement élevé.

(Onusida)


Prévention combinée privilégiée 


La prévention diversifiée ou combinée est une approche de prévention qui a émergé et s’est développée "devant les limites de la prévention centrée sur la seule utilisation du préservatif"
 

Les études montrant l’efficacité du traitement antirétroviral pour réduire le risque de transmission du VIH ont ouvert la voie à ce concept innovant.

(Onusida & Corevih)


Le Comité de coordination régionale de la lutte contre les infections sexuellement transmissibles et le virus de l’immunodéficience humaine (le Corevih), précise qu’en France continentale comme en Martinique, "la prévention combinée s’appuie sur les connaissances scientifiques les plus récentes" et associe :
    •    l’usage du préservatif pour les personnes séronégatives et séropositives pour le VIH,
    •    l’accès au dépistage (répété si besoin), pour les personnes séronégatives, en s’appuyant sur de nouveaux dispositifs (le test rapide de diagnostic, l’autotest de dépistage) et aussi sur de nouvelles structures (centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic des infections par les virus de l'immunodéficience humaine, des hépatites virales et des infections sexuellement transmissibles),
    •    l’accès au traitement antirétroviral pour les personnes séronégatives et positives.
 

Tous ces nouveaux outils et dispositifs de prévention sont complémentaires et s’adaptent aux conditions de vie de chaque personne.

(Corevih)


"Mettre fin à l’épidémie d’ici à 2030"


L’Onusida et ses partenaires sont optimistes, car l'objectif à long terme est de "mettre fin à l’épidémie de sida d’ici à 2030".
 

Mettre fin à l’épidémie de sida d’ici à 2030 signifierait que le sida n’est plus une menace de santé publique (...), que la propagation du VIH a été contrôlée ou endiguée et que l’impact du virus sur les sociétés et sur la vie des gens a été marginalisé et amoindri, en raison des baisses significatives des problèmes de santé, de la stigmatisation, des décès et du nombre d’orphelins. 

Cela signifie une augmentation de l’espérance de vie, l’acceptation inconditionnelle de la diversité et des droits des personnes, une productivité accrue et des coûts réduits au fur et à mesure que l’impact du sida diminue.

(Onusida)


Situation en Martinique en 2019


Personnes vivant avec le VIH suivies au CHU de Martinique, de 1988 à 2019 :
    ⁃    1 124 (710 hommes, 408 femmes) personnes vivant avec le VIH ont été suivies au CHU de Martinique. 
    ⁃    Age médian : 53 ans.
    ⁃    Tranches d’âge les plus touchées :  50 - 59 ans (34,07%) et les 40 - 49 ans (17,08%).

(Source : Corevih)

Pour cette édition 2020, les actions sont essentiellement virtuelles en raison du contexte sanitaire, des rendez-vous à découvrir avec entres autres Action Sida Martinique et Aides Martinique, sous l'égide du Corevih.
Estimations à l’échelle mondiale en 2019 :

    •    38 millions de personnes vivaient avec le VIH, en 2019

    •    1,7 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH

    •    690 000 personnes sont décédées de maladies liées au sida

    •    75,7 millions de personnes ont été infectées par le VIH depuis le début de l'épidémie

    •    32,7 millions de personnes sont décédées de maladies liées au sida depuis le début de l'épidémie

    •    25,4 millions de personnes de personnes avaient accès à la thérapie antirétrovirale

(Sources : Onusida)
Les Outre-mer en continu
Accéder au live