Variole du singe : les autorités sanitaires de Martinique renforcent leur surveillance

santé
Variole du singe
Illustration de la variole du singe. ©F2
L'Agence régionale de santé de Martinique comme toutes les agences sanitaires met en œuvre les recommandations arrêtées par les équipes de Santé publique France sur la conduite à tenir, afin de limiter la propagation de la variole du singe. Pour l'instant, il n’y a pas lieu de s’alarmer outre mesure. Aucun cas n'a été détecté en Martinique.

L'ARS Martinique a reçu les instructions du ministère des solidarités et de la santé. Une alerte nationale a été émise à toutes les agences régionales de santé pour la mise en place du principe de précaution, mais aussi l'organisation sur le territoire si un cas est signalé.

La mobilisation est large dans les rangs des professionnels. Le protocole doit permettre de distinguer rapidement l'évolution d'une maladie varicelle et une maladie  du type Monkeypox. L'autorité en charge de la santé en Martinique communiquera dans les prochaines heures sur l'ensemble des mesures arrêtées. 

Point  de la situation en France

À la date du mardi 24 mai 2022,  cinq cas confirmés de Monkeypox ont été rapportés en France (Source : SpFrance) : 3 en Ile-de-France, 1 en Auvergne-Rhône-Alpes et 1 en Occitanie. En Guyane deux cas suspects ont été annoncés hier (lundi 23 mai). Les analyses sont en cours. 

Les autorités sanitaires françaises recommandent d’injecter le produit contre la variole classique aux adultes dont "le contact est considéré comme à risque" avec une personne infectée. La Haute Autorité de santé (HAS) dans un communiqué ce mardi 24 "recommande la mise en œuvre d’une stratégie vaccinale réactive, c’est-à-dire autour d’un cas confirmé".

 

Surveillance renforcée

Jérome Salomon le directeur général de la santé a élaboré une définition de cas et une conduite à tenir pour la recherche des personnes contacts. La note est adressée à un large public du corps médical et l'agence régionale de santé.

La mobilisation est de rigueur pour limiter la propagation de la variole du singe, ou la variole simienne, maladie infectieuse virale rare due au virus Monkeypox transmise essentiellement par des rongeurs à l’homme, puis de personne à personne par gouttelette ou contact rapproché. Les symptômes sont comparables à ceux de la variole mais la maladie est moins sévère.

Compte tenu des alertes en cours, la surveillance de ces infections est renforcée par Santé Publique France et des recommandations ont été adressées aux professionnels de santé  et à l'ARS par le ministère.

Dans ce contexte, la vigilance est requise devant tout cas évocateur. Pour rappel, l’infection à Monkeypox est une maladie à déclaration obligatoire au même titre que les autres orthopoxviroses. Tout cas suspect doit être signalé sans délai à l’Agence régionale de santé de votre région.

Jérome Salomon, directeur général de la santé

note du 19 mai 2022

Quels sont les symptômes ?

L’infection débute par une fièvre, souvent forte et accompagnée de maux de tête, de courbatures et de fatigue. Deux jours après,  apparaît une éruption vésicule-pustuleuse en une seule poussée, qui évolue vers le dessèchement, la formation de croutes puis la cicatrisation en 2 à 3 semaines. Les lésions se concentrent plutôt sur le visage, les paumes des mains et plantes des pieds. Les ganglions sont enflés et douloureux, notamment dans la région cervicale.

En cas d’apparition de symptômes (fièvre et éruption cutanée avec des vésicules), Il est recommandé de vous isoler en attendant un avis médical et d’éviter les contacts avec d’autres personnes.