publicité

Face à 9514 naissances en 2016 où en est la politique du 1, 2, 3, bass ?

Il y a quelques années, une politique de planification familiale a été conduite à Mayotte et marchait à merveille. On se souvient des slogans tels que « 1, 2, 3 bass… » mais aujourd'hui face à plus de 9000 naissances en 2016 qu'en est-il réellement ?

La politique du planning familial des années 90 : 1 2 3 bass © delcampe.net
© delcampe.net La politique du planning familial des années 90 : 1 2 3 bass
  • Ismael Said Combo
  • Publié le , mis à jour le
La politique de planification familiale témoignait des efforts consentis à l’époque pour inciter la population aussi bien à l’espacement des naissances, le « kandré ka ramba », mais aussi à la limitation de celles-ci. Aujourd’hui on a le sentiment que la population de Mayotte est livrée à son sort et l’on se demande pourquoi ? Cette question, c’est l’objet de l’édito du jour.

Il faut dire c’est vrai, qu’au moment où plus que jamais on doit redoubler d’efforts pour une démographie contrôlée, on a réellement le sentiment qu’on encourage les ménages à faire davantage d'enfants. Autrement, comment expliquer le nouveau pic de la natalité que nous venons d’enregistrer à Mayotte ?
9514 naissances en 2016, cela fait de la maternité de Mayotte, la détentrice, d’un record, un triste record.  

C’est quasiment un baby-boom, avec une augmentation du taux de natalité dont les conséquences vont très vite se faire sentir. 9514 naissances, dans l’absolu, ce sont 380 salles de classes pour la rentrée des maternelles en 2020, en raison de 25 élèves par classe ! Or nous savons tous qu’actuellement ce sont plus de 30 par classe.
Cela impacte l’ensemble des services de l’hôpital nous a–t-on dit, et des mesures ont déjà été prises pour y faire face en attendant le projet de modernisation des soins et d’agrandissement. Ce sont là les premières conséquences.
En tout les cas, tout sera fait pour faire face à la forte activité de la maternité du CHM, le centre hospitalier de Mayotte. Mais jusqu’à quand agrandira-t-on l'hôpital ? Jusqu’à quand augmentera-t-on le personnel hospitalier et celui de la maternité?

Ce sont là des questions qui resteront hélas sans réponse, si l’on ne fait rien. Faut-il pour cela un recensement détaillé ? Faut-il reprendre la politique de planning familial des années 90 ici à Mayotte ?

Reprendre les slogans et les actions de sensibilisation de la population qui avaient mobilisé tout le monde et même les télés et radios locales !
On en parlait partout, et tout Mayotte avait compris la nécessité de faire des espacements de naissances pour la santé des mamans et des nourrissons.
Sans maitrise de la démographie, aucun développement harmonieux n'est possible. Nombreux sont les pays jadis prospères et aujourd’hui en déclin parce que surpeuplés. Ces derniers ont vu leurs populations fuir le pays, le cas du Cap vert est le plus célèbre, sa diaspora éparpillée un peu partout dans le monde est plus importante aujourd’hui que les natifs restés dans l’île.

Avec seulement 374 km², le département de Mayotte ne peut pas contenir ½ million d’habitants, un nombre que nous devons avoir dépassé sans craindre d’être contredit par le prochain recensement prévu ici à Mayotte dans quelques semaines. Voila un sujet sur lequel il faudrait méditer...

Edito à réécouter en podcast ici

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play