13 millions d'euros pour améliorer la gestion de l'eau et de l'assainissement de Mayotte.

eau potable
SMEAM
C'est autour de cette feuille de route que s'était entendu le ministre de l'outremer avec les élus du SMEAM avec le soutien du département, lors de sa visite à Mayotte. Certaines des dispositions prises ont été déjà entamées ou en cours de réalisation.

13 millions d'euros de crédits de relance vont être engagés afin d' éviter les nombreuses coupures d'eau qu'a connues l'île l'année dernière. Cela signifie une augmentation de la production d'eau potable de plus de 3000m3 par jour d'ici à la fin de l'année pour faire face à la saison sèche, mais aussi la réalisation d'un vaste plan de reboisement de 150 hectares d'ici 2023, pour lutter contre la déforestation et permettre des économies d'eau dans les rivières, un plan déjà programmé par le secrétariat d'Etat chargé de la biodiversité dans le cadre de la création de la réserve naturelle des forêts, des monts et crêtes de Mayotte.

De son côté l'Etat s'engage à apporter son ingénierie pour les travaux d'urgence , à financer un audit sur les comptes et l'organisation du SMEAM, d'ici septembre. Le conseil général a déjà apporté son soutien. 15 millions d'euros qui ont permis d'alléger la dette du syndicat en permettant de payer d'urgence les entreprises.

Le SMEAM, doit aussi faire des efforts dans ce plan de redressement, par la maîtrise de ses dépenses, la mise en place d'un nouveau contrat de progrès 2021-2023, et d'un plan pour apurer ses dettes envers ses financeurs d'ici octobre. des bailleurs qui s'engagent avec l'Etat et le département à un suivre de près ce plan de redressement tous les 6mois. Des garde-fou pour espérer éviter les errements du passé.