publicité

Affaire Roukia : un gendarme disculpé

La mise en examen d’un des gendarmes mis en examen dans l’affaire Roukia a été annulé par la cour d’appel de Saint-Denis de la Réunion.

  • Maité KODA
  • Publié le , mis à jour le
L’affaire n’en finit plus de rebondir. Un des gendarmes impliqué dans l’affaire Roukia, une adolescente décédée par overdose d’héroïne en janvier 2011, a vu ce mardi sa mise en examen levée.

La chambre d’instruction de la cour de Saint-Denis qui a pris sa décision a en revanche rejeté la requête du deuxième gendarme impliqué. Les deux militaires étaient poursuivis pour "homicide involontaire" et "trafic de drogue".

Après le décès de Roukia en janvier 2011, l’enquête a révélé qu’elle avait consommé de l’héroïne peu avant son décès. Or, le fournisseur de la drogue qui lui a été fatale avait mis en cause un policier du GIR et deux gendarmes. Il avait assuré se fournir auprès d’eux.

Ils sont soupçonnés de prendre une part active au trafic de drogue sur l’île de Mayotte afin de gonfler leurs statistiques d’arrestations, pour ensuite revendre le produit de leurs saisies. D’autre part, ils auraient également "rémunéré" leurs indics comoriens en situation illégale en titres de séjour.

Sur le même thème

  • affaire Roukia

    Le racisme ordinaire s’invite au procès de Roukia

    Des propos racistes, tenus en public ou en privé à l’endroit des Mahorais sont dénoncés. Miss Mayotte 2015 en a fait les frais; A la rentrée, le SNUIPP rapportait des paroles douteuses qu'aurait tenues une inspectrice. Mardi au tribunal, cette ambiance symptomatique a été ressentie 

  • affaire Roukia

    Affaire Roukia: Indics, flics et mensonges

    Les témoignages par visioconférence de Michel Alize ancien patron de la section de recherche à Mayotte, l’expertise du professeur Deveau, toxicologue et enfin la présence de Mathias Belmer ont apporté des éclairages importants au procès.

  • affaire Roukia

    Mathias Belmer à la barre

    Le principal accusé Mathias BELMER, est arrivé à Mayotte après trois jours d'attente. Il comparait devant la cour correctionnelle ce mercredi. Une audition qui doit permettre d'éclaircir plusieurs zones d'ombres.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play