publicité

Grève des agents de la société d’exploitation de l’aéroport de Mayotte (SEAM)

Des employés de la SEAM ont entamé lundi une grève illimitée. La CGTMA conditionne la sortie de crise à  la satisfaction des revendications et à l’engagement de l’employeur de ne pas prendre des mesures de représailles envers les salariés après le mouvement de grève.

© Co. SEAM
© Co. SEAM
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le

Des employés de la Société d’exploitation de l’aéroport de Mayotte (SEAM) ont entamé ce lundi 15 décembre 2014 une grève illimitée à l’appel de la confédération des travailleurs de Mayotte ( CGTMA).

Daniel Lefèbre, directeur de la SEAM a confirmé la tenue de cette grève tout en précisant qu’il avait pris toutes les précautions pour assurer un trafic quasi équivalent à ce qui se fait d’ habitude. En tant que gestionnaire de l’aéroport , Il avait demandé au préfet de Mayotte la réquisition des agents de sureté chargés du contrôle des bagages et des passagers.
Cette anticipation a réduit  l’impact de ce mouvement social  sur l’embarquement des nombreux  passagers en cette période des grands départs en France métropolitaine et ailleurs pour les fêtes de fin d’année.

«  Le premier vol est parti avec un quart d’heure de retard parce que les agents, même s’ils ont été réquisitionnés, je pense, pour retarder un peu les vols, font un peu plus de zèle qu’ils n’en font d’ habitude au contrôle des passagers et des bagages. Je précise aussi que dans l’ensemble des 200 personnes qui travaillent à l’aéroport toutes catégories confondues, services de l’Etat et autres, on a 56 personnes de notre société SEAM et sur ces 56 personnes ne sont concernées par la grève que les 25 du service sureté », a déclaré Daniel Lefèvre.

SALIM NAHOUDA, Secrétaire de la CGTMA, an explqué que cette grève a lieu parce que les négociations menées durant la période de préavis n’ont pas abouti.

«  Il n’y a pas eu les réponses qu’attendaient les salariés de la société d’exploitation de l’aéroport de Mayotte. Le personnel avait demandé une augmentation des salaires qui devrait se traduire par une reconnaissance de leur métier, de leur qualification, de leur expérience professionnelle mais malheureusement, l’employeur a refusé de donner une réponse favorable à ces revendications », a dit Salim Nahouda.

Les revendications des salariés portent aussi  sur l’application de la convention collective, l’augmentation des salaires, l’adoption ou non de la retraite complémentaire, la suppression des discriminations entre les employés notamment en matière des promotions fonctionnelles et pécuniaires.

«  L’employeur se dit surpris par la dénonciation de favoritisme évoqué dans le préavis de grève…. Oui, il y a eu favoritisme. Quand les gens ont des compétences, il faut leur donner la possibilité de suivre une formation pour accéder à des postes de responsabilités. L’employeur a fait le choix d’avantager les personnels qui ne sont pas originaires de Mayotte. Les salariés veulent que tout le monde ait le même contrat qui porte sur l’ application de la convention nationale de l’aérienne pour le personnel au sol de la France et de Navarre », a encore déclaré Salim Naouda.

Le secrétaire général de la CGTMA dénonce avec virulence les réquisitions faites par le préfet, une manière courante, selon lui, de casser  les  mouvements de grève à Mayotte.
Le directeur de la SEAM, Daniel Lefèvre répond à ce sujet que les employés de la SEAM ont un régime particulier de travail.

«  Ils remplacent l’Etat dans ces fonctions de surêté et donc ils sont payés par la taxe d’aéroport que chacun, acquitte quand il quitte le territoire et donc c’est vraiment une mission régalienne et à ce titre, il est normal de les réquisitionner parce que c’est comme s’ils étaient des fonctionnaires d’Etat. Ils doivent accomplir une mission de service public », a souligné Daniel Lefebvre.

La CGTMA devait envoyer un courrier au préfet réclamer des vraies négociations et conditionne la sortie de crise à  la satisfaction des revendications et à  l’engagement de l’employeur de ne pas prendre des mesures de représailles envers les salariés après le mouvement de grève.

EMMANUEL TUSEVO , Grand reporter France Télévisions " Mayotte 1ère.fr = Actualités" , Correpondant AFP

http://www.aeroport-mayotte.com/gp/Nouvelle-aerogare/98 
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play