publicité

Les particularismes mahorais dans les axes stratégiques de la sécurité sociale (CSSM) à Mayotte

Des responsables de la CNAV ont séjourné à Mayotte du 16 au 18 juillet pour présenter les enjeux de la convention d’ objectifs et de gestion " Etat-CNAV " et signer le Contrat Pluriannuel de Gestion entre la CSSM
et la CNAV pour la période 2014-2017.

EMMANUEL TUSEVO 

JEAN VERON, DIRECTEUR De LA CAISSE DE SECURITE SOCIALE DE MAYOTTE © PHOTO : EMMANUEL TUSEVO :
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO : JEAN VERON, DIRECTEUR De LA CAISSE DE SECURITE SOCIALE DE MAYOTTE
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le , mis à jour le


Le directeur de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse(CNAV), Pierre MAYEUR et le directeur national de l’action sociale, Antonin BLANCKAERT, ont séjourné à Mayotte du 16 au 18 juillet 2015 pour présenter les enjeux de la convention d’objectifs et de gestion (COG Etat-CNAV) et signer le Contrat Pluriannuel de Gestion (COG ETAT -CNAV) entre la CSSM et la CNAV pour la période 2014-2017.

Jean VERON, directeur de la Caisse de Sécurité Sociale de Mayotte (CSSM) a accordé une interview à Emmanuel TUSEVO pour  « Mayotte 1ère.fr –actualités » sur les axes stratégiques de ce contrat qui prend également en compte les particularismes mahorais.

QUESTION : Emmanuel TUSEVO

Quelle est la portée de cette rencontre entre les responsables de la CNAV et de la CSSM ?

REPONSE : Jean VERON

C’est une visite extrêmement importante parce qu’elle permet de valoriser le travail effectué par les équipes au niveau local, travail très important pour assurer le meilleur service auprès de nos usagers et notamment les retraités mahorais. Cette visite a permis aussi de montrer au plus haut niveau national l’ensemble des particularismes mahorais, les enjeux, les potentiels aussi, Mayotte dispose d’un très grand potentiel et permettre ainsi au regard de tous ces constats de définir la meilleure politique que la caisse doit mener pour assurer le meilleur service auprès des mahorais.

Emmanuel TUSEVO : Quels sont les objectifs qui ont été définis ?

Jean VERON : Il y a un constat très important… le nombre des retraités va augmenter très fortement dans les années qui viennent. Aujourd’hui, nous devons être en mesure d’apporter les meilleurs services. C’est ce que nous avons défini avec la Caisse Nationale, envisager la façon de travailler pour assurer le payement des retraites dans les meilleures conditions. Deuxième chose, c’est la notion d’accompagnement c'est-à-dire que la CSSM ne verse pas simplement des prestations aux retraités mais elle est là aussi pour accompagner les retraités dans leur vie quotidienne et surtout pour prévenir la perte d’autonomie, leur permettre à ces retraités de pouvoir rester chez eux dans de bonnes conditions même si leur état de santé se dégrade , même si leur niveau de dépendance augmente, il faut que nous soyons là à côté d’eux pour pouvoir faire en sorte autonomes dans leur vie au quotidien.

Emmanuel TUSEVO : Comment s’explique le niveau dérisoire, très bas, très faible des retraites à Mayotte ?

Jean VERON : Vous avez raison, le niveau très faible des retraites à Mayotte nous préoccupe très fortement. J’ai pu l’exposer au niveau du directeur général. Il a bien entendu. Nous sommes aujourd’hui dans un système qui est globalement, je le souligne, inéquitable c'est-à-dire nous avons un niveau des retraites qui ne correspond pas à la préoccupation des personnes c'est-à-dire avoir le minimum pour pouvoir vivre. Nous avons une partie des personnes qui bénéficient d’une pension qu’on appelle non contributive indépendante de leur temps de travail par contre ceux qui ont travaillé et qui ont contribué malheureusement ont un niveau de retraite très faible, en tout cas très proche de ceux qui n’ont pas travaillé. J’ai souligné ce point en souhaitant à ce qu’une revalorisation du niveau des retraites soit effectuée dans les délais les plus brefs.

Emmanuel TUSEVO : Qu’est ce qui explique que les niveaux des retraites sont différents en France métropolitaine, dans les autres départements ultramarins et à Mayotte ?

Jean VERON : Tout dépend d’où la personne a travaillé. Si elle a travaillé en métropole, effectivement elle bénéficie du calcul de pension de retraite métropolitain, ce qui fait un calcul bien plus important que le calcul de retraite mahorais parce qu’il est calculé sur la base d’un plafond métropolitain qui est beaucoup plus important que le calcul mahorais ; une personne qui a essentiellement travaillé à Mayotte un niveau de pension de retraite très faible. C’est pour cela que je milite auprès des pouvoirs publics, auprès de la représentation nationale pour que la loi change, pour que les textes évoluent, pour que les mahorais puissent bénéficier d’un niveau de prestations retraite qui soit équitable et qui soit conforme  au niveau d’investissement qui a été le leur, au niveau des cotisations qui a été le leur pendant leur carrière à Mayotte.

Emmanuel TUSEVO : Qu’est ce qui est sorti concrètement de votre rencontre avec les responsables parisiens ?

Jean VERON : Le directeur général de la CNAV a pu prendre en considération les particularismes mahorais et a pu mesurer  l’investissement de la CSSM auprès de ses usagers, notamment les retraités. La CSSM doit mettre en œuvre des axes stratégiques tels que l’amélioration de sa relation client, l’amélioration de la qualité des dossiers traités, la mise en œuvre d’une politique de prévention et d’accompagnement des publics fragilisés et la lutte contre la fraude.
 
 
 
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play