2ème bilan d’étape du Plan d’action pour l'avenir de Mayotte

santé
Bilan 2 développement de Mayotte
Mardi après-midi à la Case rocher, le préfet Jean-François Colombet a présenté le deuxième bilan du Plan d'Action pour l’Avenir de Mayotte. La ministre des outre-mer avait dressé un premier bilan d’étape en août dernier.   
 
Parmi les points abordés, le défi sécuritaire, les mesures pour l'habitat, les infrastructures, ou encore l'offre de soins. Le préfet Jean-François Colombet a mis en avant les efforts déployés par le gouvernement pour amener les effectifs des forces de l’ordre à 1070 personnes avec plus de 182 gendarmes et 121 policiers depuis 2016. Le troisième escadron de gendarmes mobiles, venu en mai 2018 est resté. Il y a en ce moment, plus de 106 réservistes de la gendarmerie contre 30 en 2017. Et pour compléter le dispositif, une nouvelle brigade de gendarmerie sera créée et  installée à Démbéni en  janvier prochain. 
L’Etat veut également améliorer sensiblement l’offre de soins. 20 millions d’euros seront dédiés à 8 opérations urgentes telles que l’extension des capacités en néonatologie et en médecine. L’institut de formation en soins infirmiers, IFSI, verra ses capacités renforcées ;  la validation en avril 2020 du 2ème site du CHM (Centre hospitalier de Mayotte) pour une mise en œuvre en 2021. 
Et enfin, l’achèvement des travaux du centre de Petite-Terre pouvant accueillir 55 lits.
Des mesures d’attractivité ont été prises pour stabiliser les équipes et une indemnité particulière d’exercice est octroyée aux praticiens exerçant à Mayotte selon les termes du décret du 28 décembre 2018.
Le préfet a annoncé le rectorat de plein exercice pour janvier 2020.  1125 salles de classes construites ou rénovées et 233 postes créés et pourvus depuis la rentrée. Les professeurs des écoles formés à Mayotte passeront de 120 à 180 les prochaines années.