L'actualité régionale 19 août

océan indien
COMORES
COMORES

Le ministère de l’intérieur veut remettre de l’ordre dans l’Etat Civil


Le ministre Mohamed Daoudou a réuni les maires et les préfets pour les sensibiliser sur la bonne tenue des registres et des documents ayant trait à l’identité des citoyens. L’état civil connait quelques lacunes aux Comores, une même personne peut souvent porter un nom et un prénom inversés selon ses différentes pièces d’identité. Les dates de naissances sont parfois fictives. Si dans le pays, on s’accommode sans peine de ces imprécisions ; cela pose parfois de graves problèmes à ceux qui doivent voyager à l’extérieur et pour la nombreuse diaspora comorienne à l’étranger. On a vu par exemple un diplomate comorien dont la date de naissance sur son passeport était le 30 février, ce qui pose de sérieux problèmes lorsqu’il doit remplir un formulaire sur Internet vu que cette date n’existe pas. Cité par le quotidien Al-Watwan, le ministre a conseillé aux maires et préfets de «revoir les vieilles pratiques» et d’entreprendre des « nouvelles méthodes de travail qui protègeront les actes administratifs des Comoriens ».




MAURICE

Le naufrage catastrophique du Wakashio serait-il dû à une recherche de réseau mobile ?


Cela parait incroyable mais c’est l’une des thèses qui expliqueraient pourquoi ce navire s’est dangereusement approché des côtes jusqu’à aller se fracasser sur la barrière de corail. Des membres d’équipage ont expliqué que c’était pour avoir du réseau internet que le vraquier est venu frôler la côte. Il faut rappeler que ce bateau n’allait pas à Maurice. Il était parti de Singapour pour rejoindre le Brésil. Dans une première tentative d’explication depuis le centre le quarantaine à Maurice, le commandant du navire avait vaguement évoqué un «problème de communication ». Sorti de sa quarantaine, il est désormais aux mains de la police mauricienne ainsi que son second. Ils sont tous deux placés en détention. En attendant d’en savoir plus, on évoque cette recherche de connexion internet qui aurait provoqué la catastrophe écologique.



KENYA

Un vaccin anti-Covid est annoncé pour bientôt…et le prix est déjà affiché


300 shillings par dose, cela fera 2,30€. Trois doses par an suffiront – suffiraient -à être protégé du Coronavirus. C’est en tout cas ce qui est annoncé par un laboratoire indien : « Serum Institute of India » ; c’est l’un des plus importants au monde. Il travaille en collaboration avec des chercheurs britanniques de l’université d’Oxford. Dans la course mondiale au vaccin, ce labo se dit prêt à lancer d’ici l’an prochain plus de 100 millions de doses, et peut-être même avant la fin de l’année. Le Kenya ferait partie des premiers clients. On a comptabilisé plus de 30 000 cas dans le pays et 475 morts de l’épidémie. Selon l’OMS il y a plus de 160 candidats vaccins dans le monde, et 29 essais sur des humains sont en cours.



MAURICE

Disparition de la chanteuse Maria Séga, considérée comme la première ambassadrice du séga mauricien en Europe


Seuls les plus anciens se souviennent de Maria Séga – c’était son nom de scène, née Maria Rochecouste en 1922. Maria Séga débarque à Paris dans les années 50, à l’époque Maurice était encore une colonie britannique. Elle a fait découvrir le séga en Europe, en y ajoutant subtilement quelques rythmiques proches de la biguine qui était à la mode à l’époque. Elle a bien connu la plus grande vedette de la chanson française de ces années là : Edith Piaf. « Elle l’a d’ailleurs côtoyée de près puisqu’elles étaient voisines de palier », raconte l’ancienne animatrice vedette de la MBC Marie Michelle Etienne qui était sa nièce. Maria Séga s’est éteinte à son domicile à Curepipe, elle était âgée de 98 ans