Affrontements intra-communautaires à Mayotte

violence mamoudzou
affrontements
affrontements entre bandes rivales ©Capture d'écran
Deux bandes rivales issues des deux villes à fort taux d’immigration clandestine s’affrontent depuis bientôt une semaine. La dégradation du climat d'insécurité a même favorisé l'exode de tout un quartier de Kaweni. 
C'est en fin d’après-midi qu’ont lieu les démonstrations de forces. Des jeunes cagoulés et armés de pierres, de coupe-coupe, de machettes et de bâtons déambulent sur la Route Nationale de Kaweni, dans la commune chef-lieu, sous les regards effrayés des automobilistes. Mais leurs actions sont ciblées : incendier des cases et en découdre avec des jeunes de la bande rivale.

Des jeunes issus de quartiers informels de kaweni et d’autres de Majicavo s’affrontent ainsi tous les soirs depuis le jeudi 13 août, créant beaucoup d'agitations dans les alentours.          
affrontements
rassemblement de jeunes ©capture d'écran
L’élément déclencheur de ces affrontements quotidiens serait une violente agression d’un jeune de Majicavo sur un autre de Kaweni qui aurait rechigné à « payer un droit de passage » dans leur quartier Massimoni, tampon aux communes de Mamoudzou et de Koungou.
Le jeune agressé serait originaire de Hadda Dawéni à Anjouan, un village réputé viril et solidaire. Son agression ne pourrait alors être impuni pour sa communauté.
Si à Kaweni, à contre bas, on déambule armés, les forces de l’ordre arrivent à empêcher leur progression et éviter la confrontation des deux bandes, comme jeudi dans la nuit dans le quartier des hauts-vallons.
affrontements
Intervention des forces de l'ordre jeudi soir, hauts-vallons ©Capture d'écran FB
Samedi matin les élus de Mamoudzou et de Koungou ont organisé une médiation en présence des riverains, responsables associatifs et religieux, mais sans succès.    
affrontements
Médiation ©Sony Chamsidine
Samedi soir c’est, armés de cocktails Molotov et de pneus brulés et projettés des hauteurs que les jeunes de Majicavo ont attaqué le quartier de Massakini. Le bilan est lourd. Outre des habitations brulées, on déplore aussi un mort et 4 blessés graves, dont un amputé de la main. Le quartier s'est vidé de ses habitants, qui se sont refugiés ailleurs avec le strict minimum. 
affrontements
Habitations brûlées et désertées ©Fahar Ousseni
Au lendemain de ces faits, les élus municipaux et départementaux de Mamoudzou et Koungou, la préfecture et le conseil départemental de Mayotte se sont réunis d’urgence à l'hôtel de ville de Mamoudzou pour appeler au calme et tenter de trouver une solution à ces actes violents.
affrontements
Réunion à la mairie de Mamoudzou ©Sony Chamsidine
Un communiqué de presse a été publié à l’issu de la réunion, et parmi les solutions annoncées, il y a le déploiement de forces de sécurité, l’organisation des assises de la sécurité, ainsi que des réunions plus régulières du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD).
 

L’objectif est de trouver des solutions pérennes et globales avec les parents, les jeunes, les associations, visant notamment la formation, l’éducation et l’insertion

ont déclaré les villes de Mamoudzou, Koungou, le département et la préfecture de Mayotte dans le communiqué commun.
 
affrontements
Communiqué de presse ©A.R

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live