L’AUTAM s'adresse à Annick Girardin pour dénoncer la politique tarifaire d’Air Austral

transports
L’AUTAM écrit à Annick Girardin pour dénoncer la politique tarifaire d’Air Austral.
Cris Kordjee, présidente de l'AUTAM © ©Photo : Mayotte la 1ere.
L’association d’usagers des transports aériens au départ et à l’arrivée à Mayotte a envoyé un courrier à la ministre des outre-mer pour demander une reprise des vols. L'association souhaite également que la ministre soit attentive à la politique tarifaire de la compagnie. 
L'AUTAM demande, dans un premier temps, la reprise des vols commerciaux au départ et à destination de Mayotte. L’aéroport étant fermé aux vols commerciaux depuis le 30 mars dernier, crise sanitaire oblige. 

À Mayotte, l’avion, écrit la présidente de l’AUTAM Cris Kordjee, est un véritable cordon reliant le département à la métropole et au reste du monde pour les échanges professionnels, économiques, commerciaux, familiaux et de santé.

Mais pour l’association, l’avion est devenu, depuis longtemps, un luxe pour les mahorais, la faute au coût élevé des billets d’avion.
 

" Comme vous le savez, Madame la Ministre, l’absence de concurrence engendre pour la compagnie aérienne Air Austral un monopole de fait. "


Cette situation de monopole, poursuit l’AUTAM, permet à la compagnie d’opérer des tarifs élevés. L'association craint qu’avec la situation sanitaire, la politique tarifaire de la compagnie pour les usagers de Mayotte s’amplifie pour atteindre un niveau de tarifs encore plus élevé.

On peut déjà s’en rendre compte en réservant des billets sur le site d’Air Austral. Une personne, seule, voulant effectuer un aller-retour entre Dzaoudzi et Paris en pleine période de vacances estivales devra débourser plus de 2 000 euros si elle achète son billet dès aujourd’hui. 
Coût d'un billet d'avion aller-retour Dzaoudzi/Paris



Dans son courrier, la présidente de l’AUTAM, Cris Kordjee,demande à la ministre des Outre-Mer de rester extrêmement vigilante afin que les usagers au départ et à l’arrivée à Mayotte ne soient pas de nouveau sacrifiés, cette fois, sur l’autel du redressement de la situation économique de la compagnie aérienne. 

La ministre, elle, a notamment annoncée de son côté sur Twiiter, qu’au-delà du 22 juin, il n'y aura plus de motifs impérieux pour se rendre dans un territoire d’outre-mer.
   
L’intégralité du courrier de l’AUTAM à la ministre des outre-mer Annick Girardin est à retrouver ci-dessous.
 

Intégralité du courrier de l'AUTAM à la ministre des Outre_mer

Les Outre-mer en continu
Accéder au live