Une rentrée plein d'incertitudes pour la crèche de Kani-Kéli

éducation
Rendez-vous chandzani à Kani-kéli.
Kani-Kéli était la seule commune du sud de Mayotte à être doté d'une crèche, avant l'inauguration en février dernier d'un nouvel établissement à Bandrélé. ©Mayotte la 1ère
La crèche de Kani-Kéli a ouvert ses portes depuis une semaine maintenant, après 5 mois de fermeture en raison du confinement. Une rentrée compliquée car la structure et les parents doivent se plier à de nombreuses recommandations imposées par l’Etat depuis le mois de mars.
Ouverte depuis la semaine dernière, la crèche de Kani-Kéli qui possède un agrément de 20 enfants, avec un objectif de passer à 30 d’ici la fin du mois,  ne peut finalement accueillir que  10 enfants, au grand dame d’Anora Mohamed, elle et son mari sont enseignants, ca fait un an qu’ils attendent cette place, ces nouvelles directives ne sont que source  d’inquiétude pour eux.

"On ne sait plus s'il y aura de la place pour notre enfant ou pas." Anora Mohamed, parent d'un enfant admis à la crèche de Kani-Kéli


En effet, Mayotte étant toujours en confinement partiel, les protocoles ministériels face à la  covid19 datant du mois de Mars sont toujours de rigueur ici, une nouvelle organisation s’impose. Une vraie casse tête pour la directrice Fatima Aboudou qui représente également toutes les crèches de Mayotte

"On doit accueillir les enfants par groupe de 10. Certaines crèches pourront le faire, d'autres pas." Fatima Aboudou, directrice de la crèche de Kani-Kéli et présidente de la fédé&ration des crèches de Mayotte


Une réunion prévue cette fin août avec les autorités permettra peut être d’y voir un peu plus clair sur l’évolution de la capacité d’accueil à la crèche de Kani-Kéli. Le flou demeure par ailleurs sur l’avenir financier de la structure. Pendant le confinement et jusqu’au mois de juin, elle a perçu certaines aides financières et matérielles de la Caisse Nationale des Allocations Familiales. Pour l’heure aucune garantie sur leur maintien alors que Mayotte reste toujours en état d’urgence sanitaire.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live