Cinq nouveaux médiateurs pour accompagner les étudiants mahorais, une décision bien accueillie par les associations estudiantines

social
conseil départemental

Souvent pointé du doigt pour des manquements dans l’accompagnement des étudiants mahorais, le conseil départemental renforce son dispositif déjà en place dans différentes académies. Une initiative applaudie par l’union des étudiants et élèves Mahorais de La Réunion (UEEMR).

Un renforcement du dispositif bienvenu dans ce contexte de crise sanitaire. Concrètement, il s’agit du recrutement de cinq médiateurs qui vont étoffer la médiation sociale académique et cela dans les académies partenaires du département de Mayotte.

A l’instar de l’académie de La Réunion qui accueille chaque année des centaines d’étudiants mahorais ; rien que pour l’année universitaire 2020-2021, le Rectorat à travers Parcoursup en comptabilise 500. Aussi pour l’union des étudiants et élèves Mahorais de La Réunion-UEEMR-, cette annonce tombe à pic. Le président de la structure se réjouit de cette décision. Pour lui, avec l’augmentation du nombre d’étudiants mahorais à La Réunion,

« ce médiateur aura fort à faire ; il ira sur le terrain à la rencontre des étudiants » ;

Toumbou Lissilamou, président de l'UEEMR

en plus du travail déjà fourni par les deux agents du département qui s’occupent à temps plein des étudiants à la délégation de Mayotte de La Réunion.

Toumbou Lissilamou souligne par ailleurs les nombreuses difficultés rencontrées par les jeunes mahorais avant même la crise sanitaire. Des problèmes au niveau des logements, des bourses, de recherche de stage ; « une situation qui s’est dégradée avec la crise sanitaire ». Le président donne l’exemple de la recherche d’un stage

« les mahorais ont du mal, car les entreprises refusent d’endosser les responsabilités si jamais il arrive quelques choses à un jeune pendant le stage », souligne Toumbou Lissilamou.

 

ueemr à La Réunion
ueemr à La Réunion ©ueemr

 

Tout comme La Réunion, d’autres académies se voient doter d'un médiateur supplémentaire comme Rennes, Bordeaux ; d’autres académies comme celles de Lille ou encore de Paris intègrent le dispositif.

L’isolement des étudiants durant cette période n’étant plus à démontrer, le département a recruté un psychologue qui sera basé à la délégation de Mayotte à Paris. Une aide supplémentaire demandée depuis de nombreuses semaines par les associations mahoraises de métropole. A La Réunion comme en métropole, l’initiative du conseil départemental est donc saluée comme allant dans le bon sens.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live