La contraception expliquée aux lycéennes Kawéni

sexualité
Contraception
Mercredi 26 septembre était la journée mondiale de la contraception. A Mayotte le réseau périnatal et le planning familial avaient organisé différentes manifestations essentiellement à l’attention des mineures.
 
L’objectif était de montrer à ces adolescents les différents moyens de contraception afin de réduire les grossesses non désirées à Mayotte. Alors, l’antenne mobile de REPEMA, réseau périnatal de Mayotte, s’était installée dans le parking du lycée de Mamoudzou Nord pour toute la journée de mercredi. Les jeunes filles ne se sont pas fait  prier. Elles étaient même ravies de l’initiative car certaines  ont déjà des pratiques sexuelles à risque. Elles ont pu enfin, se confier :

« On peut poser les questions librement et dire (demander) ce que l’on veut savoir. Franchement, moi j’ai vraiment peur de rentrer dans un hôpital ou PMI pour demander ces informations parce que j’ai honte et j’ai peur qu’on me juge."

Une autre jeune fille trouve que c’est bien, surtout pour les mineures, comme elle parce que certaines ont des relations sexuelles sans se protéger.
Devant le camion, l’intervenante sociale a expliqué aux élèves les différents moyens de contraception existant dans l’île. A l’intérieur, la sage-femme recevait les volontaires en consultation. Il s’agissait là de sensibiliser ces mineurs sur les moyens de contraception et sur les infections sexuellement transmissibles. Elle sont aussi sensibilisées sur leurs droits selon  Anne-Sophie Bonin sage-femme au réseau périnatal de Mayotte :

« Je vais aussi informer les jeunes filles sur leurs droits, notamment sur les droits des mineurs et de la contraception auxquelles elles peuvent avoir accès. Des jeunes filles de plus de 15 ans peuvent aller consulter gratuitement et de manière confidentielle et anonyme. Elle bénéficie d’une consultation, d’une contraception gratuite et  d’un bilan biologique. »

 En cas de soucis les jeunes peuvent toujours consulter l’infirmière scolaire. A ce jour le lycée Mamoudzou nord compte déjà 25 grossesses précoces.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live