Deuxième tour des municipales, une campagne plus numérisée est lancée

élections
Elections municipales Vote
©Mayotte la 1ere
Le maire de Dzaoudzi-Labattoire, Said Omar Oili, a été officiellement installé à son siège de maire pour les six prochaines années.  Pour les seize autres communes de Mayotte, les candidats peuvent déposer leur candidature à partir du 29 mai jusqu’au 2 juin prochain.
 
Le deuxième tour de l’élection municipale 2020 est programmée pour le 28 juin prochain. Si dans le reste du territoire national, on en est au déconfinement, dans notre île, nous n’avons pas encore atteint le pique de la maladie. Autrement dit, tout rassemblement est déconseillé même s’il règne une ambiance de déconfinement. Mais à l’heure ou l’on essaye de séduire les électeurs, il ne serait peut-être pas très bien vu de rassembler du monde pour des meetings. Un meeting c’est des accolades, des embrassades, des montagnes des colliers de fleurs autour des cous des candidats. Pour cette deuxième tour, les candidats devront donc s’y abstenir et les lianes de jasmins seront moins sollicitées.
Elections Municipales 2020
©Faid Souhaili
Mais alors comment faire campagne? Nous sommes à un mois tout juste du deuxième tour et pour l’heure la campagne est surtout visible sur le net. Les différents partis et mouvements en lice commencent à rappeler aux électeurs le rendez-vous du 28 juin prochain. Les tractations sont normalement finies et les coalitions faites, mais jusqu’au dernier jour du dépôt des candidatures, on n’est pas à l’abri d’un retournement de situation.
 

« Une campagne sans meeting, c’est pas pareil »

Dans la commune chef lieu, le Rassemblement En Marche du maire sortant Mohamed Majani tout comme la liste Réussir Ensemble menée par Ambdilwahedou Soumaila des LR et sa coalition ainsi que  la liste Mamoudzou c’est nous d’Elyassir Manroufou comptent faire campagne sur le net principalement. Même si la liste Réussir Ensemble compte faire une tournée en caravane ou encore des distributions des prospectus en individuels dans les rues de Mamoudzou. 
Des petites réunions de dix personnes tout au plus seront tenues pour donner la marche à suivre aux militants.  Puis des visites d’une personne aux domiciles de certains électeurs notamment ceux qui ne sont pas sur les réseaux sociaux sont envisagées également. 

Cette année campagnes, nous allons donc assister à une nouvelle manière de faire campagne, plus numérique au grand dam de certains: « une campagne sans meeting, c’est pas pareil ». Pour d’autres candidats: « le deuxième tour c’est une formalité, les gens savent déjà pour qui ils vont voter. Ici, le choix se fait en fonction des familles et des clans. Ils se transmettent les informations » explique ce candidat lucide qui ne boudera pas internet pour autant.
À partir de la semaine prochaine, les offensives vont être plus rudes sur les réseaux sociaux entre les différents candidats. 
 

Qu’en est-il de la mobilisation?

Mais la vraie et grande question reste la mobilisation. Beaucoup d’électeurs n’envisagent pas de se rendre aux urnes comme cette électrice de Sada: « je suis diabétique. Je ne sors pas depuis deux mois et je ne compte pas aller voter. Celui qui veut mon bulletin me fera une procuration. » confie-t-elle. Mais pour sûr, les militants de la première heure iront voter. 
Le dépôt des candidatures pour ce deuxième tour est prévu du 29 mai au 2 juin prochain. L’heure est donc aux dernières tractations avant de conclure les alliances et en finir avec cette campagne pour la municipale 2020. Une campagne bien longue.



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live