publicité

Echos de la Gendarmerie Nationale à Mayotte : faits divers

  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le


Opérations de contrôle de zone

Petite terre:

La nuit du samedi 22 au dimanche 23 juillet de 23h00 à 03h00, les militaires du DSI Pamandzi procèdent à des contrôles d'identité dans la commune de Pamandzi.

L'opération conduit aux résultats suivants :

- 35 personnes et 15 VL sont contrôlés, 1 infraction au code de la route relevée,

- 2 individus sont interpellés pour agression pendant le concert se tenant à l'AJP.

Grande terre:

Une opération de sécurisation a été menée sur la RN2 entre 20h00 et 00h00 entre les communes de Dembéni et Sada afin de prévenir toute agression sur les usagers de la route. Le service s'est déroulé sans incident, aucune bande n'a été détectée. (DSI Sada)

Interceptions de kwassa-kwassa

Le 22 juillet 2017, la gendarmerie maritime et la brigade nautique interceptent deux embarcations de type kwassa-kwassa, avec 56 personnes à leur bord.

Tous les passagers des embarcations interceptées sont présentés à leur arrivée, à une infirmière puis remis aux fonctionnaires de la PAF pour traitement et placement en rétention administrative avant éloignement.

Outrage suivi d'un dépôt de plainte - Rébellion - Dégradations véhicule gendarmerie (caillassage)

Vendredi 21 juillet 2017 à 00h30, les PAM de la BTA de M'zouazia sont en surveillance à Poroani (commune de Chirongui) où un concert se déroule. Ils sont sollicités par un agent de sécurité qui se trouve en difficulté face à un individu alcoolisé qui insiste pour entrer sans payer sur le site du concert.

Les deux gendarmes interviennent et sont rapidement pris à partie par un groupe d'une vingtaine de jeunes alcoolisés. L'individu pour lequel l'intervention des gendarmes a été demandée, agresse physiquement un militaire par des coups de pied portés au niveau de l'abdomen.

Il est rapidement maîtrisé et menotté pour être conduit dans le véhicule de dotation. La foule, composée de jeunes, s'en prend physiquement aux gendarmes en tentant de libérer leur ami. Un des militaires est contraint de faire usage de gaz lacrymogène pour se soustraire de ce groupe très hostile et quitter les lieux avec l'individu interpellé pour rébellion et outrages. Le pneumatique arrière gauche du véhicule de service est crevé. Au départ des militaires, des pierres sont jetées sur le véhicule gendarmerie. Aucun blessé n'est à déplorer.

Placé en garde à vue, l’intéressé est présenté devant le procureur de la République puis incarcéré au centre pénitentiaire de Majicavo en vu de son jugement en comparution immédiate qui s’est tenue le lundi 24 juillet 2017.

L’individu est condamné à 6 mois de prison ferme et à des dommages et intérêts.

Source : Communication presse du 24 juillet 2017

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play