publicité

Faire des enfants des rues de Mamoudzou, de nouveaux "enfants de la Creuse"

La polémique sur la présence des expulsés du sud de Mayotte sur la Place de La République se focalise maintenant sur les enfants et les solutions les plus improbables foisonnent.

  • Par Chamsudine Ali
  • Publié le
Après le scandale de leurs déscolarisations, le sujet des enfants des rues prend une autre dimension avec cette crise des immigrés. Jusqu’à ce jour, les critiques les plus virulentes s’étaient portées sur le manque de structures d’accueil sur le département de Mayotte.
Les mineurs ne doivent être expulsés. C’est un principe qui n’est pas appliqué à Mayotte ; une entorse au droit s’insurgent quasi quotidiennement, les associations humanitaires et le défenseur des droits. Les rapports qui dénoncent cet état de fait sont nombreux. Mais les structures tardent à venir. Alors, le nombre de ces enfants accroit à chaque vague d’expulsions de nouvelles familles. Car, dans l'autre sens, les arrivées des illégaux ne diminuent pas.
Avec la présence sur la plus grande place publique de Mayotte de dizaine d’enfants expulsés avec leurs parents, le phénomène est revenu à la lumière.
« Ce qui se passe à Mayotte est une démission de l’Etat » a affirmé Nicolas Sarkozy en voyage à La Réunion. Et le président du parti, Les républicains, propose une remise en cause du droit du sol. Ce n’est pas la première fois qu’un responsable politique français fait une telle proposition.
La nouveauté, c’est la solution qu’a proposé le secrétaire général de la CGT Ma: Puisque ces enfants sont sans familles sur le territoire français, alors que l’Etat mette en œuvre une politique semblable à celle dite des enfants de la Creuse. Des enfants réunionnais étaient arrachés à leurs familles pour être placés dans des familles métropolitaines dans la Creuse. Ca s'est passé aux années 60.
Salim Nahouda précise cependant que cette fois-ci, il n’est pas question d'enlever de force des enfants à des familles, mais de les sortir de la précarité et de l'insécurité. Ceux dont il est question à Mayotte sont abandonnés par des parents expulsés dans le cadre de la lutte contre l'immigration clandestine. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play