Grève du mois de mars : les agents menacent de bloquer le port après des retenues de salaires

conflit social le port
Le port de Longoni fonctionne à nouveau
La non-justification des absences causées par la crise sociale il y a quelques mois, a conduit le Conseil général à saisir une partie de la rémunération de ces salariés travaillant au port de Longoni.
Après la grève contre l’insécurité en mars dernier, les agents du port employé au conseil général de Mayotte ont été invités à regagner leur lieu de travail. A cause des barrages, les agents du service étaient absents et quelques mois plus tard leur hiérarchie leur demande  de justifier leurs absences. Une demande à laquelle les agents n’ont pas répondu et qui a conduit à une retenue de salaire. Cette décision est contestée par les agents concernés qui expriment leur incompréhension. 

« Il y a plus de 4 000 agents au conseil général, donc on ne comprend pas comment se fait-il qu’on demande un justificatif qu’aux agents du Conseil général qui travaillent au port. D’ailleurs il y avait un barrage juste au niveau du rond-point à l’entrée du port. Comment se fait-il que ce soit nous ici à qui on demande de s’expliquer. Sachant que ce courrier, des personnes l’ont reçu tardivement. Donc tu reçois un courrier mardi pour savoir après que ton salaire a déjà été retenu. Ce n’est pas normal ».

Toutefois, ces salariés doivent se priver d’au minimum 400 euros sur leurs salaires du mois d’août. Dans un courrier adressé à leur hiérarchie, ils protestent contre cette démarche. Aujourd’hui ces agents menacent de bloquer le port s’ils n’obtiennent pas ce qu’ils souhaitent.
 

Grève du mois de mars : les agents menacent de bloquer le port après des retenues de salaires.



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live