200 cases insalubres sont à détruire d'ici 3 jours à Koungou

immigration koungou
Opération de destruction des cases insalubres à Koungou, lieu dit Jamaïque
Opération de destruction des cases insalubres à Koungou, lieu dit Jamaïque

Les destructions des cases sous tôles installées dans le quartier Karo Bwana, que certains appellent Jamaïque, un quartier informel, ont bien lieu hier. 200 habitations illégales sont concernées.

Le préfet s'était montré ferme: il n'y aura pas de zones de non droit à Mayotte, et bien les pelleteuses sont entrées en action dès 6 heures ce lundi à Koungou, dans le quartier Karo Bwana, appelé également "Jamaïque". Un quartier informel où des centaines de familles avaient élu domicile dans des cases insalubres, dans des conditions précaires; des cases installées illégalement sur les hauteurs de la deuxième commune de Mayotte.

200 cases insalubres sont à détruire d'ici mercredi à Koungou
200 cases insalubres sont à détruire d'ici mercredi à Koungou

Aucune zone de non droit à Mayotte

L'opération qui va s'étaler sur trous jours, se fait en application de la loi Elan. Elle a mobilisé plusieurs services de l’Etat dont les forces de l’ordre pour sécuriser le dispositif. Une opération d’envergure de par le nombre d’habitations à détruire. Une centaine de gendarmes mobiles, de gendarmes départementaux et autres fonctionnaires du groupement opérationnel le GAO étaient de la partie. Pour le préfet et délégué du gouvernement, Jean-François Colombet:

« d’ici mercredi matin, le quartier « Jamaïque » n’existera plus. Désormais, il n’y a plus de zone de non droit à Mayotte ».

 

Interpellation de 185 étrangers en situation irrégulière

Pour mener à bien cette opération, des missions de contrôle d’identité ont été effectuées en amont sur place les 2, 3, 4 et 7 mars ; des missions qui ont permis l’interpellation de 185 étrangers en situation irrégulière. Parmi les nombreuses familles présentes, certaines, 30 précisément, en situation régulière ont bénéficié d’un relogement; le suivi a été fait de ce côté par les associations. 40% du bidonville a été détruit. Les destructions reprendront ce mardi et prendront fin mercredi dans la matinée. A noter que cette première journée s’est déroulée dans le calme.