L'actu en bref du 26 janvier

actu en bref
L'actu en bref
L'actu en bref ©Mayotte la 1ere
Ben Issa Ousséni, apporte son soutien au maire de Saint-Benoit à la Réunion, la Fédération Mahoraise des Associations Environnementale tire la sonnette d’alarme, les secteurs touristiques et hôteliers font grise mine à Mayotte.

Violences à Saint-Benoit :

Le président du CDM, Ben Issa Ousséni, apporte son soutien sans faille au maire de Saint-Benoit à la Réunion face aux violences répétées qui ont fait deux victimes dans les quartiers de Bras Fusil et Bras Canot. Dans un courrier adressé à Patrice Selly, le président du Conseil départemental de Mayotte, Ben Issa Ousséni lui garantit également la disponibilité de la Délégation de Mayotte à La Réunion, service du Conseil départemental de Mayotte sis à Saint-Denis.

La Fédération Mahoraise des Associations Environnementale tire la sonnette d’alarme :

Elle dénonce une N ème atteinte à l’environnement, La  mangrove entre Bouyouni et le carrefour MILOU a été détruite il y a quelques semaines rapporte, la FMAE. Une personne s’y serait installée pour élever des poules et autres volailles.


Les secteurs touristiques et hôteliers font grise mine à Mayotte.

Les professionnels du tourisme pointent du doigt le pass vaccinal entré en vigueur en début de semaine en remplacement du pass sanitaire. Qu’il soit vaccinal ou sanitaire, le pass engendre des restrictions très contraignantes à leur égard.

Situation sanitaire à Mayotte et La Reunion :

Si la situation sanitaire s’améliore à Mayotte ce n’est pas du tout le cas à la Réunion, du 15 au 21 janvier, le Département voisin a enregistré 46 914 nouveaux cas de covid-19 et 38 décès. Le taux d’incidence a encore augmenté pour s’établir à 5 480 cas pour 100 000 habitants.

Tempête tropicale ANA :

34 morts et plus de 65 000 sinistrés, c’est le bilan de la tempête Tropicale ANA à Madagascar. ANA a déclenché de fortes pluies qui ont provoqué inondations et glissements de terrain dans la capitale Antananarivo.


Coup d’Etat militaire au Burkina Faso 

Depuis ce début de semaine, le gouvernement et l’Assemblée nationale sont dissous et la constitution, suspendue, les frontières terrestres et aériennes sont rouvertes depuis hier.  Un couvre-feu est instauré de 21 heures à 5 heures sur tout le territoire. Pour l’heure on ignore encore le sort réservé au président Kaboré, arrêté par les militaires. Quant à la France, elle appelle ses ressortissants à la prudence tout en évitant le déplacement au Burkina.