L'actualité Régionale 10 Septembre

océan indien
Ouani Anjouan
COMORES

Il y a une rupture de stock de réactif pour les tests Covid. Des produits ont été commandés, d’autres ont été offerts, mais rien n’est arrivé


A L’issue du conseil des ministres mercredi, le porte-parole du gouvernement comorien a expliqué que le gouvernement avait passé commande de produits pour 5000 tests mais que la cargaison n’était pas arrivée à cause de l’annulation d’un vol de la compagnie Ethiopian Airlines. L’UNICEF a proposé de fournir 6 000 tests mais ils ne sont toujours pas là. Un « pays ami » - en l’occurrence la Corée du Sud - a promis une aide de 14 000 tests que l’on attend également. Les voyageurs qui veulent quitter les Comores sur les rares vols qui ont repris, ne sont plus en mesure de présenter le test exigé. Les chiffres de contamination fournis par le ministère de la santé restent très bas ; non pas qu’il n’y aurait plus de malades, mais faute de moyen de les diagnostiquer.





LA REUNION

Le virus continue de circuler activement. 70 nouveaux cas mercredi, et 5 nouveaux foyers d’infection. Les sportifs s’attendent à une annulation du Grand Raid


Le Grand Raid c’est l’épreuve phare de la course en montagne, on l’appelle aussi la « diagonale des fous ». Les coureurs viennent du monde entier pour cette course annuelle prévue le 15 octobre. Le préfet rendra une décision lundi pour savoir si le Grand Raid sera maintenu ou annulé. En attendant il consulte. Les maires de la Réunion se déclarent contre l’organisation de cette course qui attire habituellement beaucoup de monde au départ comme à l’arrivée. Il sera il sera impossible de faire respecter les distances. L’organisateur Robert Chicaud fait campagne pour que l’on maintienne l’événement avec des protocoles de sécurité : « Le Covid n’est pas la fin du monde, on peut s’adapter ». Selon lui 2 400 participants ont déjà acheté leur billet, loué des voitures et des chambres d’hôtel, « je crains qu’ils viennent quand même ».



MAURICE

Un laboratoire mauricien rend son verdict. On s’y attendait : quelques poissons pêchés dans le sud-est de l’île contiennent des traces d’hydrocarbures


Mais le centre de recherche sur les pêches se montre toutefois optimiste car la majorité des poissons prélevés ne présenterait pas de trace de pollution. L’eau de mer et les sédiments seraient également intacts.  Il n’en reste pas moins que, par précaution, la pêche demeure interdite sur cette partie de la côte mauricienne. De son côté l’activiste Bruneau Laurette ne lâche pas l’affaire. Il vient de déposer une plainte en justice contre les ministres de l’environnement et de l’économie océanique. Il leur reproche de n’avoir pas protégé le territoire mauricien après le naufrage du vraquier japonais. Une nouvelle marche de protestation est en préparation pour ce samedi dans le sud de Maurice.


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live