L'actualité régionale 11 Février

océan indien
Jacques Billant, préfet de La Réunion (2021)
Jacques Billant, préfet de La Réunion ©Laurent Figon

LA REUNION

De nouvelles restrictions vont entrer en vigueur demain à la Réunion : fermeture des plus grands centres commerciaux, et couvre-feu dans quatre communes

Le taux d’incidence a dépassé 100 dans quatre communes de la Réunion : La Possession, le Port, St Leu et St Louis. Un couvre-feu y est instauré de 22h00 à 5h00 du matin, et pourrait être avancé à 18h00 si le taux d’incidence continue à monter… notamment au Port où il est de l’ordre de 150 pour 100 000 habitants. On est bien sûr très loin du chiffre  d’incidence de Mayotte qui dépasse 800, mais, comme à Mayotte, les autorités sanitaires de la Réunion s’inquiètent de la progression rapide du variant sud-africain. Le préfet Jacques Billant a expliqué hier soir à la télévision que 90% des cas contacts des personnes touchées par le variant sud-africain sont testés positifs ; preuve de sa très haute contagiosité. Outre le couvre-feu, une fermeture des centres commerciaux de plus de 20 000 m2 s’appliquera demain soir. 3 espaces sont concernés à la Réunion : à Ste Marie près de l’aéeroport, à Ste Suzanne dans l’est et dans les hauteurs de St Leu dans l’ouest. Par ailleurs le préfet de la Réunion a confirmé la poursuite de l’accueil des évacuations sanitaires depuis Mayotte.

 

 

MADAGASCAR

Les églises malgaches renvoient les politiciens dos à dos, elles refusent de jouer les médiateurs dans les querelles entre le pouvoir et l’opposition

« Débrouillez-vous, occupez-vous de vos oignons » c’est ainsi que le quotidien « L’Express de Madagascar » résume la position du FFKM, le très puissant conseil œcuménique des églises. D’habitude cette institution participe activement à la vie politique. On dit que les églises malgaches peuvent faire et défaire les présidents. Historiquement, elles ont joué les médiateurs dans toutes les crises. Mais là non, « trop c’est trop », le conseil des églises a été sollicité par l’opposition pour aider à un dialogue avec le pouvoir. Les politiciens se sont fait renvoyer sur les roses par les évêques et les pasteurs. L’archevêque d’Antananarivo a déclaré que les leaders étaient assez grands pour régler leurs différends entre eux. Les partisans de l’ex-président Ravalomanana appellent au renversement d’Andry Rajoelina, tandis que le pouvoir interdit les manifestations et fait fermer des stations de radio.

 

 

MOZAMBIQUE

Le PDG de Total estime que le projet gazier du Mozambique est sur les rails, malgré la rébellion armée

« Ce n’est pas parce qu’on s’arrête pendant deux ou trois mois que nous ne pourrons pas atteindre l’objectif de 2024 » a déclaré Patrick Pouyanné. Le PDG de Total a expliqué dans une conférence de presse que les installations Offshore – c’est à dire en mer – avancent bien. Le chantier à terre, en revanche, a été retardé par les attaques des djihadistes chababs intervenues en décembre et janvier. « Habituellement il y a 5000 personnes sur ce chantier, là il n’y en a que 1000 ». Le patron de Total a rencontré le président mozambicain Filipe Nyusi, lequel s’est engagé à maintenir les groupes armés à au moins 25 kilomètres du site. Un nouveau chef d’Etat-major de l’armée mozambicaine a été nommé avec pour mission de mater la rébellion. Plusieurs attaques aériennes et terrestres de l’armée ont été menées.  C’est donc dans cette ambiance de guerre que va se poursuivre ce chantier d’exploitation de gaz dans lequel 20 milliards de dollars ont été investis.

 

 

MAURICE

Près de 13 000 euros en petites coupures, cachés dans … une trottinette. C’est la découverte des policiers anti-drogue à Maurice

En ce moment la brigade anti-drogue de la police mauricienne multiplie les interpellations et les perquisitions. 5 personnes ont été arrêtées récemment dont un présumé chef de réseau, jeune homme de 32 ans, qui a un train de vie beaucoup trop fastueux par rapport à sa profession de soudeur. La police a perquisitionné sa villa tape à l’œil, dotée d’une salle des fêtes richement meublée, d’un goût discutable… mais en tout cas très onéreux. Un véritable château. Les enquêteurs sont consciencieux puisqu’ils ont démonté une trottinette d’enfant pleine de billets bien enroulés, entassés dans cadre, sous la selle, dans le guidon. 13 000 euros. « C’est pour mes dépenses personnelles » a expliqué le propriétaire. Mais alors pourquoi dans une trottinette ? … Là le soudeur reste bouche cousue.