L'actualité régionale 14 Mai

océan indien
Fête de l'Aïd à Majunga, Madagascar
Fête de l'Aïd à Majunga, Madagascar ©Facebook

Fête de l'Aïd

La fête marquant la fin du mois de jeune est célébrée ce vendredi. Certains l'ont célébrée la veille

Chaque année donne lieu à des interprétations différentes du cycle lunaire. L'éternelle querelle se répète encore:  la fête de l'Aïd a été célébrée jeudi à Madagascar, après qu'un Imam de Majunga ait observé la lune mercredi soir. En revanche à la Réunion , le croissant lunaire a été constaté jeudi soir. La fête de l'Aïd a donc lieu ce vendredi à Mayotte, à la Réunion et aux Comores. Dans l'île d'Anjouan, des personnes qui souhaitaient fêter l'Aïd jeudi ont été interpellées, car cette fête revêt un caractère officiel dans l'Union des Comores. Il en a été de même sur le début du ramadan; quelques personnes l'ayant commencé un jour plus tôt. 

 

 

MADAGASCAR

Madagascar a son plan de vaccination qui s’étalera jusqu’en 2023. L’ambition est de vacciner 80% des adultes

A Madagascar il y a 27 millions d’habitants, si on cible 80% des plus de 18 ans, cela fera 11 millions et demi de personnes à vacciner. Les prioritaires sont les seniors de 70 ans et plus, les forces de l’ordre, les professionnels de santé, cela représente 844 000 personnes, alors que pour le moment la grande île n’a reçu que 250 000 doses de vaccins. Le respect du calendrier dépend des arrivages. Il dépend aussi de l’organisation,  surtout dans les provinces. Beaucoup de malgaches vivent loin des villes, dans des zones difficilement accessibles. Il faut aussi faire adhérer la population. Cela semble acquis à Antananarivo et les grands centres urbains, pour le reste on ne sait pas si les gens ont envie d’être vaccinés. Ce calendrier jusqu’en 2023 peut paraître long, mais il est au contraire plutôt optimiste.

 

 

MAURICE

Le géant Google s’attaque à l’organisme de régulation mauricien. Le projet de surveillance des réseaux sociaux à Maurice continue de faire des vagues

Il en fallait beaucoup pour que le service de communication de l’entreprise américaine Google prenne la peine de publier un communiqué s’alarmant du projet mauricien permettant de fliquer les internautes. Google, et le moteur de recherche Mozilla, disent que cela aurait « des implications graves pour la vie privée et la sécurité des citoyens mauriciens »… « Le résultat pourrait être un internet moins sécurisé, qui les exposerait à un plus grand risque de fraude, de vol d’identité et de surveillance ». Même l’Eglise Catholique s’en mêle. Le vicaire général, le père Jean-Maurice Labour, propose que les réseaux sociaux embauchent des modérateurs mauriciens pour filtrer les messages en créole si besoin. Ce projet de surveillance policière piloté par l’ICTA, le régulateur des communications à Maurice, fait l’objet d’une fronde depuis plusieurs mois.

 

SEYCHELLES

Les professionnels du tourisme  encaissent des annulations en cascade après l’annonce du rebond épidémique. Les organisateurs de mariage souffrent le plus

Le mariage aux Seychelles est un produit phare depuis longtemps, chaque hôtel a son forfait mariage comprenant le prêtre, la déclaration à l’Etat civil, la salle verte fleurie, les boissons, les musiciens. Les couples viennent du monde entier pour se dire oui les pieds dans le sable blanc. Depuis la réouverture des frontières il y a deux mois, l’activité commençait à repartir, 20 000 visiteurs étaient déjà venus, dont quelques tourtereaux… et patatras. Depuis que la presse internationale a parlé du rebond épidémique, les carnets de commandes se sont vidés. Le Président de République a pris lui-même la parole pour essayer de rassurer, mais le mal est fait. Il va falloir attendre que la confiance revienne pour que les amoureux aillent se passer la bague au doigt dans l’archipel.

 

TANZANIE

Une tanzanienne sur le toit du monde ! C’est une première : une toute jeune femme tanzanienne a réussi l’ascension de l’Everest hier… Jour de l’Ascension précisément

Elle s’appelle Rawan Dakik, tanzanienne d’origine libanaise. Elle a tout juste vingt ans, mais déjà un palmarès à faire rougir les alpinistes les plus aguerris : elle vient de boucler son « seven summits », un défi qui consiste à gravir les 7 plus hauts sommets du monde. Le Kilimandjaro, chez elle, c’est son terrain de jeu. On l’a vue dans la cordillère des Andes, les Rocheuses, même dans l’Antarctique… A 12 ans elle avait déjà gravi le Mont Ararat en Turquie… Un « petit 5000 mètres ». Au sommet de l’Everest, Rawan a déployé pour la première fois un drapeau tanzanien, mais aussi le drapeau libanais avant de commencer la descente. Sur son compte Instagram vous la verrez faire de l’alpinisme, du parapente, du ski hors-piste, du scooter des neiges et toutes sortes de loisirs d’aventurière.