L'actualité régionale 2 Juillet

océan indien
Cyrille Melchior, président du conseil départemental de La Réunion.
Cyrille Melchior, président du conseil départemental de La Réunion. ©Imaz Press

LA REUNION

L’élection du président du Conseil Départemental de la Réunion s’est passée encore plus rapidement qu’à Mayotte. Il n’y avait qu’un candidat. Il s’agit du président sortant

Cyril Melchior, du parti Les Républicains, retrouve le siège qu’il avait quitté quelques jours auparavant. Il a été réélu avec 38 voix sur 50. Il y avait une bataille attendue au sein de la droite avec l’ancienne présidente Nassimah Dindar, mais elle a finalement renoncé. Cyril Melchior, presque 60 ans, rempile pour un mandat de 6 ans. Il était tellement sûr de sa réélection qu’il n’avait rien enlevé de son bureau sachant qu’il le retrouverait.  Il est reconnu comme un homme de consensus. A la Réunion, il y a désormais un Conseil Départemental dominé par la droite et un Conseil Régional dominé par la gauche, présidé par Huguette Bello qui a détrôné le président de la Région Didier Robert. Cela n’a pas beaucoup d’incidence puisque les deux assemblées ont chacune des compétences bien distinctes.

 

MAURICE

Tous les prix vont augmenter à l’île Maurice à cause de la dépréciation de la roupie ; c’est déjà le cas pour les carburants depuis hier

Le super vient de passer pour la première fois la barre des 50 roupies, un euro le litre, c’est beaucoup pour les Mauriciens. L’association des consommateurs dit que c’est inacceptable. Inévitablement, quand l’essence augmente cela fait boule de neige pour les autres prix. Personne n’y peut rien puisqu’en plus la roupie mauricienne perd chaque jour un peu de sa valeur. Déjà les produits laitiers, beurre, crème, fromage, lait en poudre ont subi une hausse vertigineuse. Ils sont importés d’Australie et de Nouvelle-Zélande dont les monnaies respectives ont grimpé de 15%. Il faut ajouter encore les tarifs du fret maritime qui ont doublé. Certes les produits mauriciens à l’export deviennent plus compétitifs mais Maurice importe beaucoup plus qu’elle n'exporte,  et il n’y a pas de touristes pour faire entrer des devises.

 

TANZANIE

Il y a un nom que l’on retiendra dans les années à venir : Bagamoyo. Cette petite ville de Tanzanie va devenir le plus grand port de l’Océan Indien

La présidente Tanzanienne a donné le feu vert au redémarrage des travaux de construction de ce port qui avaient commencé en 2013, mais avaient été stoppés en raison de bisbilles entre le précédent gouvernement et une compagnie chinoise qui s’est engagée dans ce chantier titanesque. Ce sera le plus grand port de l’Océan Indien, devant Mombasa, devant Durban. On y trouvera un site d’exportation de minerais et un terminal de containers. Bagamoyo est une vielle cité coloniale à moitié en ruines, à moins de 100 kilomètres au nord de Dar-es-Salaam. Elle a été un haut lieu de la traite négrière arabe. On y trouve d’ailleurs un petit musée qui raconte la déportation des africains du continent vers Zanzibar et les Comores. L’endroit est destiné à devenir une immense zone franche industrielle.

MALDIVES

La chaîne Hilton va ouvrir un quatrième hôtel de grand luxe aux Maldives

On voit les choses en grand pour l’après crise Covid. Comme partout aux Maldives, ce sera un établissement sur un atoll, avec non pas des chambres, mais des villas. 109 villas, chacune avec sa piscine. Elles sont posées soit sur la plage, soit sur pilotis dans le lagon. La plus grande comportera six chambres. Il y aura six restaurants, chacun spécialisé dans la gastronomie d’une région du monde. Pour rejoindre l’hôtel depuis l’aéroport, les clients emprunteront des speed-boat, des vedettes rapides qui les conduiront vers leur hébergement en 15 minutes. La construction est déjà bien avancée. L’ouverture est prévue fin 2021. Les tarifs n’ont pas encore été dévoilés. Ce ne sera pas à la portée de tous.