L'actualité régionale 20 Janvier

océan indien
Des tests de dépistage RT6PCR au COvid-19.
Des tests de dépistage RT6PCR au Covid-19. ©Imaz Press

 

AFRIQUE DU SUD

« Ne l’appelez plus le variant sud-africain », c’est le cri du cœur des scientifiques en Afrique du Sud

Un groupe de chercheurs d’Afrique du Sud mais aussi d’autres nationalités lance un appel pour que l’on cesse d’utiliser cette appellation de « variant sud-africain ». « C’est injuste et cela cause du tort au pays » disent-ils. « Cette variante du virus aurait pu apparaître n’importe où dans le monde ; il se trouve que les efforts et la compétence des chercheurs en Afrique du Sud ont permis d’identifier cette mutation ». « L’excellence dans la recherche sur le génome se retourne contre nous et jette un discrédit sur notre pays ». Ces scientifiques ont fait cette déclaration lors d’un échange en visioconférence avec leur ministre de la santé lundi soir. Il y a peu de chances que cet appel soit entendu, il est trop tard pour changer l’appellation du 501-V2, son nom de code. C’est injuste certes, il en va de même pour de nombreux virus ; par exemple la grippe espagnole ; qui a fait 50 millions de morts dans le monde en 1919, n’avait rien d’espagnole ; on l’a appelée ainsi parce que l’Espagne a été le premier pays qui a révélé l’existence de l’épidémie.

 

Ces mêmes chercheurs ont aussi fait état des dernières observations sur cette mutation du virus

Il est plus contagieux parce qu’il a changé de forme et effectue « une rotation de 20 degrés qui lui permet d’entrer plus facilement dans le corps ». Autre observation : le fait d’avoir eu le Covid une première fois dans la version précédente du virus ne protège pas à coup sût. Une étude sur 6,7 millions de cas montre que 4000 personnes ont été réinfectées. Pour le vaccin enfin, il n’y a pas encore assez de recul pour savoir si les vaccins actuels sont efficaces face au dénommé variant sud-africain.

 

 

COMORES

Ce mercredi on devrait connaitre les résultats des prélèvements de virus envoyés au Kenya

Le séquençage du virus prélevé sur des patients comorien est réalisé par un laboratoire de Nairobi à la demande de l’OMS. La présence du variant sud-africain semble évidente puisque l’entrée de ce virus à Mayotte comme à la Réunion s’est faite via des ressortissants comoriens. Reste à savoir si cette version du Coronavirus est massive ou pas. Il faudra d’autres études plus poussées sur les personnes infectées, porteurs sains ou malades. Selon le ministère de la santé, l’épidémie semble se stabiliser à Moheli, en revanche elle galope en Grande Comore et à Anjouan. La mairie de Mutsamudu, le chef-lieu d’Anjouan, a décrété une interdiction de toutes les manifestations attirant du public, en particulier les mariages. Par ailleurs 9 médecins chinois sont arrivés aux Comores pour aider à la lutte contre l'épidémie

 

 

MADAGASCAR

Des braconniers de tortues marines ont été arrêtés à Madagascar, ils avaient commis un véritable massacre

Cela s’est passé sur une petite île appelée Radama au nord-ouest de la grande île. C’est un espace protégé. On y a retrouvé un grand nombre de carcasses de tortues. Six braconniers ont été arrêtés, la gendarmerie est remontée jusqu’à eux en suivant la filière du commerce de la chair de tortue, vendue sous forme de viande fumée ou en brochettes.