L'actualité régionale 29 Octobre

océan indien
Fête nationale en Grande-Comores

COMORES

Près d’une centaine d’officiers et sous-officiers de l’armée comorienne sont radiés des cadres sur ordre du Président de la République Azali Assoumani


On compte dans la liste 4 colonels, 2 lieutenant-colonels, plusieurs dizaines de majors, capitaines et autres gradés priés de faire valoir leurs droits à la retraite à compter du 1er décembre. Le motif invoqué sur la circulaire présidentielle est la limite d’âge. Mais cette charrette massive dans les rangs de l’armée est interprétée autrement. Nos confrères du site « Comores Infos » y voient une purge opérée préventivement pour l’année 2021. L’année prochaine aurait dû être une année électorale avec le tour d’Anjouan à la présidence ; mais la nouvelle constitution a privé Anjouan de ce tour. Azali Assoumani poursuivra son mandat jusqu’en 2024 ; cela peut créer des tensions jusqu’au sein de l’armée.



MADAGASCAR

Partir en vacances en Europe en ce moment est une drôle d’idée, avec l’épidémie, le confinement, les restrictions diverses dans tous les pays. C’est pourtant ce qu’a choisi de faire le président malgache. Il aurait vraiment besoin de vacances


Andry Rajoelina a embarqué avec femme et enfants sur un vol à destination de Paris à l’heure où Madagascar ferme ses frontières. La présidence n’a pas précisé quelle sera la destination finale de la famille présidentielle. Il n’y a pas beaucoup de choix touristiques en  ce moment,  à moins d’aller se confiner avec les parisiens. La directrice de la communication du président malgache explique que « le président a le droit de prendre des vacances comme tout le monde », que c’est un voyage privé, qu’il a « besoin de se reposer et de se consacrer à sa vie familiale ». C’est le premier déplacement en Europe du Chef de l’Etat depuis le début de l’épidémie de Coronavirus il y a 7 mois. Ce ne seront pas de longues vacances. Le président a prévu de revenir lundi à bord d’un vol de rapatriement.  




TANZANIE

Les élections générales tanzaniennes se sont déroulées hier. Le scrutin a été marqué par des incidents à Zanzibar, et quelques arrestations sur le continent


On attend les résultats. La procédure de dépouillement est généralement longue en Tanzanie car il y a trois types de bulletins de vote pour les présidentielles, les législatives et les élections locales. Il y a eu des manifestations de l’opposition à Zanzibar à proximité des bureaux de vote, des pneus ont été incendiés, la police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des gens qui protestaient contre de présumées tentatives de fraude. A Dar es Salaam une députée sortante de l’opposition a été arrêtée par la police, accusée de faire de l’agitation à proximité d’un bureau de vote. D’autres interpellations ont été rapportées dans le pays. Avant le scrutin, l’opposition avait alerté l’opinion sur des « fraudes massives organisées par le pouvoir ». Selon tous les pronostics, le président sortant John Magufuli – surnommé le « bulldozer » - devrait remporter ce scrutin pour un deuxième mandat.





MAURICE

Va-t-on parler créole au parlement mauricien ? La question est revenue hier à l’occasion de la journée de la langue créole


A Maurice, les débats parlementaires se font en anglais. A l’extérieur de l’Assemblée les députés parlent toujours créole, les compts rendus dans la presse sont en français, mais à l’intérieur du parlement tout se fait en anglais. Tous les textes de loi sont rédigés en anglais. Plus étonnant : l’institution qui défend la langue créole s’appelle « Creole Speaking Union ». Cela fait plusieurs années que le sujet revient sur le tapis, tout le monde semble d’accord – en particulier les politiciens qui s’expriment tous en créole en public ou dans les médias - mais il est apparemment difficile de changer les habitudes. Hier le responsable de la « Creole Speaking Union » a aussi proposé d’introduire enfin le créole dans les examens du secondaire, notamment l’équivalent du baccalauréat. Mais les programmes de l’examen sont toujours fixées à Cambridge en Angleterre.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live