L'actualité régionale 3 Décembre

océan indien
L'aide s'organise pour lutter contre la famine dans le Sud de Madagascar nov 2020
©Capture d'écran Madagascar-Tribune

MADAGASCAR

Le Programme Alimentaire Mondial lance un nouvel appel aux donateurs pour Madagascar. Selon l’organisation des Nations Unies la famine s’est considérablement aggravée dans le sud


La première phrase du communiqué du PAM sonne l’alerte : « Le sud de Madagascar est au bord d’une catastrophe humanitaire ». On estime maintenant qu’un million et demi de personnes, soit la moitié de la population de la région, ont besoin d’assistance alimentaire. C’est trois fois plus que ce qui était prévu au milieu de l’année. 3 enfants sur quatre ont quitté l’école pour aider leurs parents à trouver de la nourriture. Tout ce qu’ils trouvent à manger, ce sont des mangues  et du tamarin. L’eau potable est introuvable. Le PAM distribue des lentilles, du riz, des céréales, de l’huile fortifiée, mais l’aide alimentaire ne suit pas les besoins croissants. « Nous devons les aider avant qu’il soit trop tard » écrit l’organisation. Elle estime ses besoins à 37,5 millions de dollars, soit un peu plus de 30 millions d’Euros.






MAURICE

L’un des fleurons de l’industrie textile a fermé ses portes définitivement : il s’agit du groupe Esque
l

C’est la fin d’une époque : Esquel s’était installé au début des années 70. Ces années-là, juste après l’indépendance, les grands industriels du vêtement ont tous accourus à Maurice qui était pauvre avec une main d’œuvre abondante et pas chère. Et puis Maurice s’est développée. La qualification et les salaires ont grimpé ; les usines sont allées ailleurs à Madagascar, au Bangla Desh ou en Ethiopie. Celles qui restent encore emploient surtout de la main d’œuvre immigrée et des Mauriciens peu qualifiés. La fermeture de l’usine de chemise d’Esquel met 1 800 personnes au chômage dont des étrangers qui ne peuvent pas rentrer chez eux à cause de l’épidémie de Covid.



LA REUNION

Qui va prendre la tête de l’Université de la Réunion ? C’est exactement le même suspense qu’à Mayotte entre Aurelien Siri et Thomas Msaidié. Les deux candidats sont à égalité pour le moment


Comme à Mayotte, chacun des deux candidats a obtenu 5 sièges au conseil d’administration. Frederic Miranville est le candidat sortant, une femme est son challenger, Brigitte Grondin Perez, professeur de sciences. Comme à Mayotte, le conseil d’administration élargi à des personnalités sera amené à départager les deux candidats à la même date, le 17 décembre.






TANZANIE

Il y a des étudiants qui ont de la chance. Ils vont être hébergés dans un lodge luxueux habituellement destiné aux touristes… Une reconversion due à l’épidémie


Cela se passe à Arusha, au nord du pays. C’est la porte d’entrée des grandes réserves du Serengeti, le point de départ vers le Kilimandjaro, et c’est aussi une ville universitaire. Un grand lodge d’Arusha quasiment en faillite avec la crise Covid a décidé de se reconvertir en résidence universitaire. Il a fallu faire quelques aménagements pour y loger 1000 étudiants ; c’est beaucoup plus que le nombre de touristes qui y séjournaient. Les étudiants vont être un peu plus serrés, mais ce n’est pas cher pour eux : la location est fixée à 150 euros pour l’année. On ne sait pas si à ce prix, la direction va remplir la grande piscine sur laquelle donnent les chambres ; elle est vide pour le moment.