L'actualité régionale du 13 octobre

océan indien
PORT ANJOUAN
©Mayotte la 1ere
L’importation du riz trop taxée aux Comores, les faux comptes Facebook à Madagascar, le tourisme qui monte aux Maldives, et le festival créole aux Seychelles sont au menu de l’actualité régionale ce mercredi.

COMORES

Quand l’Etat étouffe ses propres entreprises à cause des taxes : c’est ce qui se passe avec le riz importé aux Comores, il est vendu à perte

Aux Comores il y a un organisme public, l’ONICOR, qui importe le riz pour le mettre sur le marché à un prix abordable pour la population, le tarif est fixé par les autorités : 61 centimes d’euros le kilo de riz Onicor au détail. Avant de pouvoir mettre le riz à disposition des grossistes et des détaillants, l’ONICOR doit l’acheter et l’acheminer. Une fois arrivée au port, la cargaison subit une avalanche de taxes et frais divers. Il faut payer la manutention, la douane, le scanner de contrôle des containers, etc… une nouvelle taxe est venue s’ajouter pour le débarquement en grande Comore. Quand on fait les comptes l’ONICOR ne s’y retrouve plus. Une tonne de riz lui coûte 663 euros à importer. On ne peut la vendre que 516 euros, soit une perte sèche de 147 euros. Cela explique que l’on ne trouve parfois plus de riz dans les magasins, alors qu’il y en a des cargaisons entières sur les quais du port.

MADAGASCAR

Les faux comptes Facebook se multiplient à Madagasgar. Beaucoup d’internautes se sont fait arnaquer en croyant aider les bonnes œuvres de la première dame

Un faux compte Facebook, il n’y a rien de plus courant à Madagascar, comme partout dans le monde. Dans la grande île, c’est la première dame Mialy Rajoelina qui semble être la cible préférée des usurpateurs. Ce ne sont pas un, deux, ou trois comptes qui sont actifs à son nom pour collecter des fonds… mais soixante ! Soixante escrocs se servent du nom de madame Rajoelina et aussi de ses trois enfants pour abuser des personnes charitables. L’association « Fitia », dont elle est présidente, a publié un communiqué paru dans tous les journaux pour demander aux usagers de Facebook de faire très attention. Des plaintes sont annoncées contre les usurpateurs. L’association précise par ailleurs que ni la première dame, ni aucun de ses enfants, n’a de compte

Facebook. Son mari, en revanche, le président Andry Rajoelina, est très présent sur Facebook. Et là encore on peut avoir du mal à s’y retrouver, sauf qu’il ne demande d’argent à personne.

MALDIVES

L’archipel des Maldives réussit une belle performance en matière de tourisme malgré la crise Covid : 900 000 visiteurs sont comptabilisé à ce jour depuis le début de l’année

Le dernier pointage fourni par le ministère du tourisme fait état d’exactement 905 817 touristes qui se sont présentés aux arrivées de l’aéroport de Malé. La deuxième année de l’épidémie de Covid aura été beaucoup moins désastreuse. Si on prend par exemple le chiffre du mois d’avril 2021 : on a comptabilisé 91 200 visiteurs. En avril 2020, il y a en a eu seulement 13 ! Il faut dire que l’on était en plein confinement partout dans le monde. L’année 2021 n’est pas terminée, il reste encore la période des fêtes de Noël. Le gouvernement espère atteindre un million et demi de touristes. En 2019, ils avaient été 1,7 millions.

SEYCHELLES

Les Seychelles se préparent pour le festival créole à la fin octobre, mais en version « light » cette année

Le festival créole des Seychelles est le rendez-vous annuel incontournable de la culture créole avec des concerts, des expositions, des conférences, des démonstrations de cuisine créole, et surtout un défilé de carnaval qui est devenu célèbre auquel participent de nombreuses îles, y compris la Réunion et Maurice. L’année dernière le festival créole avait été annulé à cause de l’épidémie. La 36ème édition reprendra à partir du 21 octobre, jeudi prochain, mais en version nettement« allégée » : Tout ce qui est susceptible d’attirer la foule est proscrit. On se contentera d’une cérémonie de lancement au théâtre national, une inauguration de deux restaurants, le reste sera virtuel… en attendant des jours meilleurs. L’année prochaine peut-être ?