L’actualité régionale du 19 novembre

océan indien
Grande Comore : le port de Moroni
Grande Comore : le port de Moroni ©Bruno Marie
Des tracasseries contre des journalistes à Anjouan, l’interruption des liaisons Maurice-Madagascar, la situation Covid aux Seychelles, et des problèmes d’électricité et d’eau en Tanzanie sont au sommaire de l’actualité régionale.

COMORES

Les temps sont durs pour les journalistes dans l’île d’Anjouan, deux d’entre eux ont affaire aux gendarmes et à la justice pour des broutilles

Youssouf Doulkarnaine a fait un reportage sur un site internet où il a donné la parole à une vendeuse de tomates malmenée par la police municipale. La mairie de Mutsamudu a porté plainte contre lui pour diffusion de fausses informations, diffamation et provocation. Il est passé de la gendarmerie au bureau du procureur en vue d’éventuelles poursuites. Le cas de Naida Mohamed Jaffar, journaliste de la radio nationale,  est encore plus emblématique. Il n s’agit pas d’un reportage mais d’un simple accident de la route. Elle était sur une moto qui a été renversée par un véhicule de la gendarmerie. Elle s’est retrouvée à l’hôpital, mais le simple fait que cet accident ait été raconté sur Facebook lui vaut une convocation à la gendarmerie. Le syndicat national des journalistes des Comores la soutient. De tracasseries de ce genre contribuent à la dégringolade des Comores dans le classement annuel de la liberté de la presse.  

SEYCHELLES

A peine rétablies, les liaisons aériennes entre l’île Maurice et Madagascar vont à nouveau être interrompues en raison de l’épidémie de Covid

Le conseil des ministres à Antananarivo a décidé d’arrêter cette desserte dans une semaine. Les liaisons avaient repris, prudemment, le 23 octobre dernier avec la Réunion et Maurice à raison de deux vols hebdomadaires, mais la situation sanitaire à Maurice s’est dégradée à grand vitesse ces derniers jours. On compte les morts tous les jours à Maurice. Les malgaches ne veulent pas prendre le risque d’une nouvelle flambée épidémique chez eux d’autant que quelques cas de Covid commencent à refaire leur apparition dans la grande-île où le taux de vaccination reste dérisoire. Pour ce qui concerne la Réunion, il n’y a pas de restriction annoncée, pas plus que pour les vols en provenance de Paris.    

SEYCHELLES

Les contaminations Covid sont reparties à la hausse. Il n’y a pas de restrictions annoncées mais des appels à la prudence

Depuis deux semaines, le nombre des tests positifs par jour a plus que doublé passant de 15 à 36 . Il n’y a pas pour autant de nouveaux cas graves nécessitant une hospitalisation, et aucun décès. Les Seychelles où 122 personnes sont mortes lors de la vague de mai et juin, sont mieux armées désormais en cas de résurgence de l’épidémie : 80% de la population est vaccinée, dont 15% ont déjà reçu la troisième dose. Cette troisième dose est maintenant recommandée à tous pour renforcer l’immunité. A part cela, la seule consigne est de respecter les distances, le masque et le lavage des mains. Ce que l’on espère surtout c’est que la saison touristique des fêtes de fin d’année ne soit pas entravée par le virus.    

TANZANIE

Après la pénurie d’eau, désormais rationnée, un cercle vicieux s’est enclenché : voici une pénurie d’électricité qui affecte la production d’eau potable

Il n’y a plus assez d’eau dans les lacs de barrages hydroélectriques, la production d’électricité a baissé de 20%. Toute la population est soumise à des coupures de courant à tour de rôle comme c’est déjà le cas pour l’eau. C’est le cercle vicieux « parfait » : pour avoir de l’électricité il faut de l’eau, et pour avoir de l’eau il faut de l’électricité. Pour fournir du courant, la compagnie nationale d’électricité va augmenter la production des centrales thermiques fonctionnant au diesel ou au gaz ; celles-là même que l’on  cherche à fermer parce qu’elles contribuent au réchauffement… et au manque de pluie qui, lui, empêche les centrales hydroélectriques de tourner. Bref, c’est un casse-tête chinois pour les autorités et une galère quotidienne pour les tanzaniens.