L'actualité régionale du 25 janvier

océan indien
Diabète et covid 19
©FJO.
Mayotte et la Réunion face au Covid, une bousculade mortelle pendant le match Comores-Cameroun, Madagascar sinistrée par les pluies, et la première dépression tropicale baptisée Ana sont au sommaire de l’actualité régionale.

COVID REUNION-MAYOTTE

La Réunion et Mayotte sont aux antipodes de l’épidémie de Covid. La Réunion a le taux d’incidence le plus élevé de France, et Mayotte le plus bas… sans que l’on sache vraiment pourquoi

Plus de 4 800 cas pour 100 000 habitants à la Réunion, et seulement 440 à Mayotte où les indicateurs descendent à grande vitesse. Il n’y a plus que 9 malades Covid hospitalisés à Mayotte, il y en avait 60 il y a une semaine, alors qu’à la Réunion c’est tout le contraire, les hôpitaux sont saturés. Ce reflux du virus laisse les observateurs dubitatifs: Les gestes barrières et le port du masque sont aussi mal respectés. Il n’y a pas de quoi se glorifier de la

campagne de vaccination bien en dessous de la métropole. Les allées et venues vers l’extérieur lors des vacances de fin d’années ont été massives dans les deux îles. Le « Journal de Mayotte » fait remarquer que la courbe épidémique est tout à fait semblable à celle de l’Afrique du Sud avec une montée en flèche et une descente tout aussi verticale. Les Mahorais auraient-ils atteint une immunité collective ? Seule une véritable étude épidémiologique pourrait permettre d’expliquer cette différence radicale entre les deux départements de l’Océan Indien.

COMORES

L’aventure comorienne en Coupe d’Afrique des Nations se termine par un désastre. Le sport passe au second plan : une bousculade à l’extérieur du stade de Yaoundé hier soir au Cameroun a fait au moins 8 morts et des dizaines de blessés selon un bilan provisoire

C’était juste avant le coup d’envoi, il y avait encore une foule de plusieurs centaines de personnes dehors qui essayaient d’entrer dans le stade.

MADAGASCAR

Après la sècheresse dramatique dans le sud, Madagascar est à nouveau au bord de la catastrophe humanitaire, à cause des inondations cette fois

Des épidémies de diarrhée et de grippe se sont déclarées parmi les sinistrés entassés parfois à 4500 dans des centres d’accueil prévus pour accueillir 1000 personnes à Antananarivo.

Ce sont des gymnases bondés. On distribue de la farine vitaminée pour les enfants en situation de malnutrition. Le grand stade de Mahamasina, récemment rénové, va accueillir des familles sans-abri.

Mais il y a plus grave pour les jours qui viennent : la route Nationale 2, l’axe principal du pays entre le port de Tamatave et la capitale, est coupée en plusieurs endroits par des coulées de boue et des effondrements rocheux. Quand cette route est impraticable les pénuries de toutes sortes menacent Antananarivo et le reste du pays : plus d’essence, plus de médicaments, plus de riz. Les camions de marchandises ne passent plus. Les travaux de réhabilitation de cette route sont la priorité numéro 1 du gouvernement.

MOZAMBIQUE

La tempête tropicale qui a traversé Madagascar s’est renforcée sur le canal du Mozambique, elle est désormais baptisée Ana, c’est le premier système de la saison cyclonique

Ana a abordé les côtes mozambicaines avec des vents en rafales jusqu’à 130 km/h et des pluies torrentielles. Même s’il s’agit d’une dépression modérée,

c’est le système de trop pour la région du fleuve Zambèze déjà touchée depuis plusieurs semaines par une crue de plus de 4 mètres de hauteur. Des zones habitées se sont retrouvées entourées d’eau, il faut des bateaux pour évacuer des villages transformés en ilots, et menacés de submersion.