L’enfance en danger au menu de la deuxième journée de visite à Mayotte pour Adrien Taquet

famille
Adrien Taquet à la rencontre des agents de la direction de l'enfance
Adrien Taquet à la rencontre des agents de la direction de l'enfance ©R.A
Après une journée consacrée à la famille pour son premier jour à Mayotte hier, Adrien Taquet entame cette deuxième journée sous le signe de la protection de l’enfance. Il sera ce lundi sur plusieurs séquences notamment au conseil départemental.
 
C’est une visite aux pas de charge depuis tôt ce matin pour le secrétaire d’état en charge de l’enfance et de la famille. Adrien Taquet a rencontré les agents du CRIP de la direction de l’enfance à Kaweni. Les acteurs ont pu évoquer avec lui les difficultés rencontrées sur le terrain dans le cadre de leurs missions.
 
Echanges avec les jeunes du dispositif Hima Shababi
Echanges avec les jeunes du dispositif Hima Shababi ©R.A

Face à des situations de détresse, avec des enfants victimes de violences physiques, verbales voire sexuelles, les intervenants se disent démunis par manque de moyens notamment humains. Une insuffisance qui est un obstacle dans la réalisation leur mission principale qui est la protection de l’enfance. En réponse face aux doléances à ce constat sans ambages de la situation à Mayotte, Adrien Taquet a expliqué qu’il n’était pas normal de faire face à un manque de moyens aussi criant. Selon lui, le département et les associations doivent changer d’échelle et innover.
 
Adrien Taquet en visite au sein des locaux de l’association Apprentis d’Auteuil
Adrien Taquet en visite au sein des locaux de l’association Apprentis d’Auteuil ©R.A

La visite s’est poursuivie avec une rencontre au sein des locaux de l’association Apprentis d’Auteuil. Le secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles a pu s’entretenir avec les jeunes pris en charge par le dispositif Hima Shababi. Le dispositif tend à repérer des jeunes âgés de 16 à 25 ans en décrochage scolaire ou professionnel. L’objectif est de les former, les orienter vers une formation pour à terme, leur permettre une meilleure insertion professionnelle. Depuis son existence il y a dix-huit mois, 216 jeunes ont bénéficier du dispositif.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live