Population de La Réunion : la part des natifs diminue depuis près de 20 ans

océan indien
Le marché du Chaudron à Saint-Denis.
Le marché du Chaudron à Saint-Denis. ©Nakia Dany
Selon l'INSEE, il apparaît que les natifs de l’île de la Réunion restent majoritaires même si leur part tend à diminuer légèrement sous l’effet des migrations des personnes natives de l’hexagone et de la région Océan Indien dont des mahorais

En 2018, les natifs de l’île de la Réunion représentent 82,5% de la population de l’île soit 706 000 personnes. C’est la deuxième région de France après la Martinique à compter un nombre important d’habitants natifs du territoire à l’inverse de Mayotte et de la Guyane où il existe une forte immigration.

Mais cette part de population native est tout de même en recul de près de 8 % par rapport à 1990 du fait de l’arrivée des non- natifs. Parmi eux des personnes qui viennent de la France hexagonale, elles représentent 11,6% de la population réunionnaise, les natifs de Mayotte 1,1 %, ceux de  Madagascar 2,3% et ceux de Maurice et les Comores représentent 1,1%.  82 % de ces  natifs de l’Océan Indien sont de nationalité française.

Les unions se font majoritairement entre personnes natives de la Réunion, les unions mixtes concernent principalement des natifs de la Réunion et de l’hexagone.

Il existe de fortes disparités sur l’accès à l’emploi 44% des natifs de la Réunion ont un emploi contre 65 % des natifs de l’hexagone. C’est très compliqué pour les personnes de la Région, 12% des mahorais ont un emploi, contre 20% des comoriens et 36 % de malgaches.

Cela est dû à un faible niveau de formation et explique le taux de pauvreté élevé chez cette population : 79 % des ménages mahorais sont concernés, selon l’INSEE contre 39% des ménages natifs de la Réunion  et 14 % de natifs de l’hexagone.