mayotte
info locale

Lancement du plan "Continuité territoriale numérique" pour l'Outre-mer

technologies
ANNICK GIRARDIN
© CITIZENSIDE / YANN BOHAC / CITIZENSIDE Annick Girardin, ministre des Outre-mer.
La ministre des Outre-mer, Annick Girardin annonce que le plan "continuité territoriale numérique pour les Outre-mer" sera opérationnel en juillet. Les territoires concernés sont Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Martin, Saint- Barthélémy, Guadeloupe, Martinique, la Réunion, Mayotte et la Guyane.
par la 1 ère.fr avec l' AFP - Le plan "continuité territoriale numérique pour les Outre-mer" sera opérationnel en juillet afin de "neutraliser les surcoûts liés au transport" et"améliorer la qualité" du service, a annoncé jeudi la ministre des Outre-mer, Annick Girardin.
 

Préparer au "très haut débit"

Dans un communiqué co-signé avec Louis Gallois, commissaire général à l'Investissement, ils ont précisé que ce plan d'un montant total de 50 millions d'euros, dont 35 déjà actés dans le budget 2017, devait permettre aux départements et territoires d'Outre-Mer de bénéficier d'"un choc de capacité qui les prépare à l'accès au très haut débit".

Il s'agit, ont-ils ajouté, de "neutraliser les surcoûts liés au transport des données Internet entre les outre-mer et les points de connexion internationaux afin d'améliorer la qualité de service des utilisateurs Internet d'Outre-mer".

Qui est concerné ?

Les territoires concernés sont Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Martin, Saint- Barthélémy, Guadeloupe, Martinique, la Réunion, Mayotte et la Guyane, soit 2,1 millions d'habitants.

La ministre a souhaité qu'il soit également l'occasion de "reposer la question des tarifs d'abonnement, dont le coût parfois excessivement élevé pour les  consommateurs ultramarins au regard de leurs revenus contribue à la fracture numérique entre les territoires de la République".

Les opérateurs pourront être "subventionnés à 50% de leur montant d'achat réalisé en 2017", puis de 40% en 2018, puis, si le dispositif est "jugé efficace" jusqu'en 2021 avec des subventions décroissantes d'année en année. Pour cela, chaque opérateur devra "prouver qu'il alloue bien une capacité minimale par abonné dont le seuil croît chaque année afin de garantir un effet vertueux du dispositif sur la durée".
Publicité