Le journal du 4 juillet présenté par Siti Daroussi

médias
Le journal du 4 juillet présenté par Siti Daroussi
Dans l'actualité une trentaine d’habitants de Dzoumogné ont manifesté leur colère ce matin, le prix des carburants flambent, la fête du livre « Partir en livre »

Barrage à Dzoumogne

Les habitants de Dzoumogné ont érigés un barrage au niveau du carrefour juste avant le pont du village de Dzoumogné. Ils réclament un nouveau pont. Car malgré leurs nombreuses manifestations de ces dernières années, les promesses n’ont pas été faite été tenues. Conséquence…la circulation du nord vers Mamoudzou a fortement été perturbée toute la matinée.

Quel est l'état du pont de Dzoumogné

Partir en livre

Comment inciter les enfants à lire et à y prendre plaisir ? L’opération nationale « Partir en livre »…est une des réponses. Tout ce mois de juillet les bibliothèques peuvent mettre en place des actions sur une journée. C’est le cas de la bibliothèque de Pamandzi, qui a réuni de nombreux enfants aujourd’hui pour la promotion de la lecture.

Carburants : les prix à la pompe ont connu une forte hausse

Depuis vendredi dernier si vous avez fait le plein depuis vendredi dernier…vous n’avez pas manqué de noter la forte augmentation des prix des carburants. Avec le maintien de l’aide de l’état…à hauteur de 15 centimes…le litre du sans plomb vous coute actuellement 1,97 euros. Mais ans cette aide, le litre atteint les 2,12 euros. Une situation intenable…il faut des mesures d’accompagnement martèlent les syndicats.

Carburants : les prix à la pompe ont connu une forte hausse

Remaniement du nouveau gouvernement

Il a enfin été dévoilé…le nouveau gouvernement compte 42 ministres dont Elisabeth Borne la 1ère ministre. Il s’avère que le jeu de chaises musicale a fait sortir certains et d’autres l’ont rejoints. On note ainsi le retour de Marlène Schiappa…Olivier Véran lui, devient le porte-parole du gouvernement.

Réaction du collectif mayotte en souffrance

Et la nomination de Gérald Darmanin comme ministre des Outre-mer est dénoncée par le collectif Mayotte en souffrance. Le collectif parle d’incompréhension et de déni. Il lui reproche, l’insécurité galopante, tout comme l’immigration clandestine. Pour le collectif Mayotte en souffrance, c’est un message de mépris envoyés par le chef de l’Etat Emmanuel Macron et sa première ministre Elisabeth Borne.