Le maire de Chirongui, Andhanouni Said devant le tribunal correctionnel pour détournement de fonds publics

justice
Andanouni Said
Andhanouni Said, maire de Chirongui ©Mayotte la 1ere
Le procès s’ouvre ce mardi 26 avril 2022, quasiment deux ans jour pour jour après l’élection d’Andhanouni Said.

L’affaire avait fait grand bruit en novembre 2021, 18 mois après son élection, le maire de Chirongui est placé en garde à vue pour détournement de fonds publics. 

Sur le banc des prévenus, on retrouve 13 personnes dont le maire son directeur de cabinet, l’un de ses adjoints ou encore le directeur général des services de la mairie.

On retrouve également deux enfants ainsi que la sœur du maire, que ce dernier a embauché en mairie quelques mois après sa victoire aux municipales.

Des billets pour Madagascar et des locations de voitures suspects 

Dans le viseur de la justice également, l’achat de billets d’avion pour Madagascar ou encore des locations de voitures avec des sommes qui atteignent des centaines de milliers d’euros. D’ailleurs le gérant d’une agence de location de voiture basée à Chirongui fait lui aussi partie des prévenus.

La mairie de Chirongui est partie civile dans cette affaire tout comme Anticor. C’est une première à Mayotte pour l’association qui lutte contre la corruption. Il y a quelques jours, elle a répondu favorablement à un avis d’appel à victime sur le sujet.

Le maire de Chirongui risque jusqu’à 10 ans de prison, 375 000 euros d’amende et 5 ans inéligibilité pour les faits qui lui sont reprochés.