Le RAID à Mayotte, un début de réponse

violence
Ben Issa Ousseni
Ben Issa Ousseni ©Mayotte la 1ere
« L’arrivée du RAID est un début de réponse » à la situation de violence qui prévaut à Mayotte. Le patron du département est sorti de son silence. C’est leur deuxième séjour à Mayotte après celui de février dernier.

Le président du département est satisfait du retour de cette unité d’élite de la police nationale. Ben Issa Ousséni souhaiterait même qu’elle reste durablement : « il faut une présence continue ici à Mayotte ». a-t-il déclaré au journal télévisé de 13 heures de Mayotte la 1ère.

Violences à Mayotte : les élus prennent position. Voici la réaction du président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni

Ces derniers jours, les élus mahorais de tous bords politiques ont demandé un renforcement significatif des moyens de lutte contre les bandes qui déstabilisent l’île. Et l’élu du Mtsangamouji va plus loin, il demande à ce que justement les forces de l’ordre soient équipées en conséquence et qu’elles puissent utiliser leur armement. 

« Les voyous savent que les policiers ne sont pas équipés »

Ben Issa Ousséni Président du conseil départemental de Mayotte

Une formation sera dispensée aux agents à Mayotte par des hommes du RAID, notamment à l’utilisation des fusils à pompe.

Le RAID en intervention
Le RAID en intervention ©France 3

Les syndicats proposent plutôt la mise à disposition d’une unité mobile, tel que des CRS, rattachée directement à la direction territoriale de la police nationale, la DTPN de Mamoudzou.

Le département de Mayotte persiste dans sa volonté de créer une police des transports scolaires. Des femmes et des hommes qui doivent être équipés de moyens d’intervention car «  il ne faut pas que ce soit juste des hommes qui se mettent debout face à un groupe, il faut qu’ils puissent faire face à ces délinquants, à cette violence ! »

Les bus scolaires sont devenus les cibles privilégiées des délinquants et des voyous. Parfois, ce sont des élèves qui déclenchent les violences dans les transports.

A bien écouté Ben Issa Ousséni, peu importe la nature et l’identité des forces et moyens mobilisés, l’essentiel est que la paix soit ramenée sur le département et que les fauteurs de troubles soient mis hors d’état de nuire.