Le terrain occupé de la Jamaïque bientôt rendu à son propriétaire

immigration
le Maire de Koungou convoqué au tribunal
entrée du village de Koungou ©ANDRY RAKOTONDRAVOLA

La démolition future du grand quartier dit La Jamaïque sur les hauteurs de Koungou s’annonce difficile. Lors du repérage des lieux par les forces de l’ordre, des bandes se sont attaquées aux forces de l’ordre.

Des maisons ont été saccagées, une femme enceinte aurait été violentée et une maison brûlée. Après une nuit de terreur et d’horreur des riverains ont quitté le quartier. Des riverains, locataires d'un lotissement de la société immobilière de Mayotte, la SIM ont été reçus lundi par leurs logeurs. Toute cette violence, parce qu'une partie des logements de ce quartier sont situés sur le flanc de la colline.

En 2018, une famille de cinq personnes, une mère et ses enfants y ont perdu la vie. Aussi, ce terrain privé appartient à la famille Kakal, donc ces personnes se sont installées là de manière complètement illégale. La démolition de ces logements est prévue pour le 10 mars prochain.

Le quartier de la Jamaïque est à l'image de beaucoup terrains occupés illégalement à Mayotte

La Jamaïque, dans la commune de Koungou est avant tout, un terrain privé occupé illégalement par des centaines de familles depuis des années. La grande majorité des individus qui s’y est installés, étaient des personnes en situation irrégulière.

Jamais les lieux n’ont donc été viabilisés selon les normes en vigueur. Les différentes majorités municipales qui se sont succédée ne sont jamais saisies du problème. Jusqu’à vendredi dernier, le 26 février 2021, aucune autorité n’avait entrepris de le démolir. Un monde parallèle avec ses règles s’y est développé. 

Reconquête républicaine 

La décision de faire appliquer une décision de justice en démolissant toutes les constructions illégales construites sur ses terrains est un défi majeur. Il s’agit d’affirmer la primauté des principes de la loi de La République au premier lieu desquelles celle de la protection des biens privés. La réaction violente de ces bandes et le refus de respecter la loi aux yeux de toute la population passent très mal aux yeux des élus de Mayotte.

Le phénomène a été constaté sur les terrains Batrolo à Kawéni dans la commune de Mamoudzou, à Kahani à Dzoumogné où des opérations similaires ont été menées.

Lutte contre l’immigration clandestine

Cette campagne de lutte contre l’occupation illégale de terrains privés  est aussi un volet de la lutte contre l’immigration clandestine. Une grande proportion des habitants de ces zones est en situation irrégulière, même si dans enfants de la seconde génération sont maintenant Français en application du droit du sol.

Les nouveaux venus y trouvent protection et une forme d’assistance. C’est donc un triple objectif qui est poursuivi dans cette campagne. Et c’est la crédibilité et la détermination de l’Etat qui est en jeu face au monde de l’illégalité à Mayotte.

Et enfin, est-ce une coïncidence si cette opération a lieu quelques heures après la parution dans la presse des derniers chiffres de la délinquance et de l’immigration clandestine ? 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live