Les langues mahoraises kibushi et shimaoré bientôt à l’école

éducation
HASSANI ABDALLAH
C’est un long combat, porté notamment par l’association Shimé, qui est en passe d’être gagné: l’enseignement des langues locales mahoraises à l’école. Une proposition de loi en ce sens a été déposée par le sénateur Hassani Abdallah et elle a été adoptée au sénat.
Le sénateur Hassani Abdallah, avec une proposition de loi, a fait abroger à l’unanimité par le sénat l’article 372-1 du code de l’éducation. Un article du code de l’éducation qui empêchait jusque-là, l’entrée de nos langues à l’école et qui rendait donc impraticable à Mayotte l’article 312-10 du code de l’éducation.
Les langues mahoraises Kibushi et shimaoré bientôt à l’école
Ecoles de Mayotte

Cet article permet l’apprentissage « des langues et des cultures régionales appartenant au patrimoine de la France, leur enseignement est favorisé prioritairement dans les régions où elles sont en usage ». Et s’il y a un territoire où les langues régionales sont en usage, c’est bien à Mayotte. L’abrogation de cette loi, sera une avancée énorme alors même qu’un travail, sur la graphie de nos langues, a déjà été fait.
Les langues mahoraises Kibushi et shimaoré bientôt à l’école
Spelo Rastami, président de Shimé ©Emmanuel Tusevo

Le président de l’association Shimé, association, qui depuis plus de vingt ans, milite pour la préservation des langues mahoraises, a déclaré être « très satisfait ».

" Les enfants mahorais ne sont plus de culture orale, car depuis très petits, ils vont à l’école, et comme ailleurs, ils apprennent depuis leur plus tendre jeunesse à lire et à écrire en langue autre que la langue de leurs papas et leurs mamans."

Rastami Spelo, président de l'association SHIME (Shimaoré Méthodique)



Reste à savoir à quelle date les langues mahoraises seront enseignées et apprises aux écoliers. La proposition de loi du sénateur Hassani Abdallah est en cours de navette parlementaire. On attend la décision l’avis de nos députés.

communiqué de presse langues régionales