Les premières rencontres scientifiques sur le volcan pour informer la population

catastrophes naturelles
Rencontres du volcan
©El-Raouf
Depuis la découverte du volcan sous-marin de Mayotte, de nombreuses notamment associatives demandent la tenue de rencontre pour expliquer et informer la population sur ce phénomène qui attire les scientifiques du monde entier.
C'est chose faite ce vendredi avec les premières rencontres scientifiques au lycée de Kawéni, organisées par la préfecture et le rectorat de Mayotte.
  • Une météorite de 4,6 milliards d'années, présentée par le professeur Eric Humler.

 

  • ITW de Luca Vergallo du cabinet du Prefet de Mayotte

 

  • Rastami Spelo, Président de l'association SHIME parle de l'importance du nom du volcan et propose : "DZAHA LA MAORÉ"


  • Les jeunes donnent leur avis 

  • Itw Du recteur de Mayotte, Gilles Halbout et Faoullia 

  • ITW du 1er Adjoint au Maire de Pamandzi

 

  • ITW du Professeur Eric Humler, directeur scientifique du REVOSIMA et Carole Berthod, chercheur au laboratoire Magmas et volcans à Clermont Ferrand ( OPGC)


C’est dans l’amphithéâtre du lycée de Kawéni à Mamoudzou le public suivra les toutes dernières informations liées à l’état des connaissances du volcan sous-marin de Mayotte. Ces premières rencontres scientifiques vont réunir les scientifiques venus de l’hexagone et qui ont planché sur ce phénomène sismo-voclanique. Des scientifiques qui expliqueront à la population, les connaissances actuelles sur le volcan et surtout les conséquences dans leur ensemble dudit phénomène.

En effet depuis le tout premier séisme enregistré sur l’île le 10 mai 2018, les Mahorais ont de nombreuses interrogations sur ce qui s’est avéré être un essaim de séisme toujours en cours plus de deux ans après le début. Depuis plusieurs missions ont été menées notamment à bord du Marion Dufresne sous l’égide de l’Institut Physique du Globe de Paris. La découverte de ce volcan a permis la mise en place d’un réseau de surveillance, REVOSIMA, qui avec le BRGM, le bureau de recherche géologique et minière, pour suivre l’activité sismo-volcanique de Mayotte.

Plusieurs autres structures participent aux missions et aux études liées au volcan de Mayotte. Toutes doivent in fine, faire des propositions d’actions prioritaires à mener en matière de recherche et de surveillance, que ce soit sur le court, moyen et long terme. Il s’agit en clair, de proposer des éléments pouvant aider à la préparation et à la gestion de crise.

 

 

  • ITW de Saïd Hachim, géographe et Frédéric Mortier, délégué interminsteriel aux risques majeurs Outre-mer  

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live