Les sages-femmes, en grève, déclenchent le code noir

social
sages femme
©Photo : Hachim Saïd Hachim
Des dizaines de sages-femmes sont en grève ce mardi, rejoignant le mouvement national.

Rassemblées dans un premier temps devant l'entrée du CHM, les sages-femmes grévistes étaient pour la plupart vétues de noir. Le code noir correspond, dans la profession, au degré d’urgence enclenché en cas de complications lors de l’accouchement.

Les revendications, elles, sont identiques aux trois précédents mouvements, à Mayotte, depuis le début de l'année. Les sages-femmes, dont 97% en France sont des femmes, demandent des reménurations à la hauteur de leurs qualifications et de leurs responsabilités. Elles souhaitent également le recrutement d'effectifs supplémentaires ainsi que l'augmentation des moyens.

sages femmes en grève
©Photo : Hachim Saïd Hachim

 

Des revendications qui prennent tous leurs sens à Mayotte ?

On rappelle que Mayotte est la première maternité de France voire d'Europe avec plus de 9 000 naissances en 2020. Les revendications se téléscopent avec la situation actuelle dans notre département. Une dame a accouché fin septembre au CHM Mamoudzou. Elle a souhaité partager son expérience par mail avec photos à l'appui. Suite à son accouchement, elle s'est retrouvée "dans le couloir avec (son) bébé, comme d'autres mamans", faute de places dans le service. 

CHM Maternité

 

Surtout que l'année 2021 s'annonce comme une année record, à Mayotte, selon les estimations de l'INSEE. De janvier à juillet, 6550 naissances ont été enregistrées dans le département. Si les naissances se poursuivent à ce rythme, 2021 devrait battre des records en dépassant les 11 000 naissances.