Lutte contre les addictions : une prise en charge est désormais possible à Mayotte

santé
Parmi les addictions, il y a celle aux écrans. ©Ilona Youssouffa
Sous la houlette de l’Agence Régionale de Santé de Mayotte, POPAM, la plateforme Oppélia de prévention et de soins des addictions à Mayotte est opérationnelle depuis plusieurs mois. La structure va permettre l’accompagnement des personnes souffrant de tous types d’addictions.

C'est à Miréréni-Combani qu'est basé le siège de la plateforme Oppélia de prévention et de soins des addictions à Mayotte (POPAM). Ouverte au public depuis le mois de janvier dernier, l'inauguration a eu lieu ce vendredi 9 septembre. La structure va permettre la prise en charge de toutes les formes d'addictions. 

Avec substances, ça peut être la chimique, le bangué , l'alcool ou le tabac et sans substances ça peut être le numérique, le sexe. (...) On a commencé en faisant des maraudes , en allant vers un public qui ne demande par forcément de l'aide.

Ayda SOUMAILA est assistante sociale au sein de la POPAM.

La structure accompagne déjà une soixantaine d’usagers encadrés par divers professionnels, des infirmiers, des éducateurs spécialisés, des assistants sociaux ou encore des psychologues. À l’initiative du projet, l’Agence régionale de Santé de Mayotte. Pour rappel, Mayotte était le seul département de France à ne pas disposer de structure spécialisée sur les addictions. Une avancée majeure. 

Il y a de vrais sujets sur la consommation de drogues, que ce soit la chimique, le bangué. C'est à la fois de la prévention et de la prise en charge de ces populations, parce qu'il ne s'agit pas de délinquants ou de marginaux, ce sont des personnes malades et comme toute personne malade, il faut les prendre en charge dans un parcours coordonné.

Olivier BRAHIC, directeur de l’ARS de Mayotte.

L'accueil du public se fait du lundi au jeudi de 8h à 16h. Déjà implantées à Mirereni-Combani et Dzoumogné, des antennes de la POPAM devraient bientôt voir le jour à Cavani et Chirongui.