Madagascar : Le gouvernement est menacé d’une motion de censure

océan indien
Andry Rajoelina à Lyon devant le G8
©Présidence de la République de Madagascar
Les hausses des prix de l’alimentation et la misère croissante d’une majorité de la population mettent en péril le gouvernement : Il est menacé de destitution par sa propre majorité à l’Assemblée Nationale

A choisir entre défendre la politique du gouvernement, ou exprimer la colère des électeurs, beaucoup de députés malgaches - pourtant élus sous la bannière du président Andry Rajoelina- choisissent plutôt la colère du peuple.

La session parlementaire a commencé cette semaine avec une menace de motion de censure pour renverser le gouvernement. Le premier ministre Christian Ntsay demande aux députés de ne pas s’engager sur cette voie

Ce n’est pas bon pour la population malgache et pour le pays. L’Etat a besoin de stabilité

Christian Ntsay

La présidente de l’Assemblée, Christine Razanamahasoa, elle aussi demande à ses collègues d’y réfléchir à deux fois avant de passer à l’acte et de mesurer les conséquences d’une telle décision. Lors de la célébration du 1er mai, des augmentations ont été annoncées par le président. Elles vont jusqu’à 25% pour les salaires les plus bas de la fonction publique.

Dans le privé, on négocie toujours, mais c’est au moins 9,9%. Mais tout cela ne résout pas les difficultés d’une majorité de malgaches qui ont de plus en plus de mal à se nourrir correctement.