publicité

Malaise aux urgences : Mayotte n'est pas épargnée

Les services d’urgences du CHM ont cessé le travail ce mardi 28 mai à midi à l’appel du SAMU-Urgences de France.

© Frahati Youssouf Saïd
© Frahati Youssouf Saïd
  • Frahati Youssouf Saïd
  • Publié le

Les personnels des Urgences du CHM du SAMU 976, les équipes du SMUR et d’évacuation sanitaire ont débrayé pendant 5 minutes.

Ils dénoncent la dégradation des conditions d’accueil des patients et de leurs conditions de travail.
Effectifs non adaptés, manque de lits d’hospitalisation, ou encore absence de permanence de soins adaptée aux besoins de la population, tels sont les points dénoncés par les urgentistes du CHM. Ils ont donc stoppés le travail en solidarité avec leurs collègues de la Métropole pour demander des meilleures conditions de travail

Les personnels des urgences déplorent aussi les violences verbales et parfois physiques en leur encontre.

Les patients devraient apprendre à prendre leur mal en patience aux urgences car la priorité est donnée aux urgences vitales

explique docteur Fabrice LEFEVRE, responsable des Urgences au CHM.

Par jours les urgences du CHM, reçoivent plus de 150 personnes en moyenne contre à peu près 80 aux urgences de Belle- pierre à La Réunion.
Ce  débrayage était donc l’occasion de  réclamer plus de moyens pour que les patients soient pris en charge dans des meilleures conditions.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play